•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude à Hawkesbury-Est : l’ancienne greffière-trésorière plaide coupable

Une photo de Linda Rozon

Linda Rozon, ancienne greffière-trésorière de Hawkesbury-Est

Photo : Radio-Canada

L’ancienne greffière-trésorière du Canton de Hawkesbury-Est, Linda Rozon, a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de fraude et d’abus de confiance dans le cadre d’une brève audience virtuelle tenue vendredi matin devant la Cour de justice de l'Ontario.

L’ancienne administratrice municipale a ainsi renoncé à la tenue de son procès. 

L’inscription du plaidoyer de culpabilité survient plus de 17 mois après sa mise en état d’arrestation par la Police provinciale de l’Ontario.

Les actes reprochés à l’ancienne greffière-trésorière se sont échelonnés sur une période d’une dizaine d’années, soit entre les 1er janvier 2008 et 31 décembre 2017.

Il s’agit d’une infraction criminelle globale qui inclut plusieurs transactions, a expliqué le procureur de la Couronne au palais de justice de L'Orignal, Me Daniel Brisebois.  Le montant total est de 307 094$.

Premiers soupçons en 2016

C'est à la suite d’une mise à jour tardive de certaines informations de nature financière en 2016 que des soupçons ont commencé à peser sur Linda Rozon. 

[À la municipalité], on [s’est interrogé] sur la tenue de livres comptables par Mme Rozon. On [a soupçonné] plusieurs irrégularités, notamment plusieurs paiements faits par Mme Rozon à elle-même. Ces paiements [semblaient] excéder ses paiements annuels, a ajouté Me Charlebois lors de l'audience.

Cet épisode a ensuite mené au déclenchement d’une vérification comptable indépendante des états financiers pour les deux années précédentes. 

Finalement, en juin 2017, le conseil municipal a été informé de plusieurs irrégularités comptables, ainsi que de transactions financières inappropriées.

L’expertise comptable a révélé que Mme Rozon a redirigé à ses propres fins, personnelles, des sommes d’argent en utilisant un stratagème de dépôts bancaires non approuvé et non autorisé, a poursuivi le procureur de la Couronne.

C’est à ce moment que le Canton de Hawkesbury-Est a procédé au congédiement de son employée de longue date. 

Les frais d’expertise comptable encourus par la petite municipalité durant cette période s’élèvent à environ 250 000$.

Le Canton de Hawkesbury-Est a toutefois été indemnisé par son assureur pour un montant de 504 409$. 

La Couronne a demandé au juge Jonathan Brunet d’imposer une peine d’incarcération à Linda Rozon, chose à laquelle s’oppose son avocate, Me Céline Dostaler. 

La coupable a répondu par l’affirmative lorsque le magistrat lui a demandé si elle comprenait que le fait d’avoir un casier judiciaire [pouvait] avoir des effets […] sur [sa] vie.

Le prononcé de sentence aura lieu à une date ultérieure.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.