•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La répartition informatique du SPVQ fragile lors d'événements majeurs

La Ville admet que des investissements supplémentaires seront nécessaires pour régler les problèmes de la répartition assistée par ordinateur.

Un écran véhiculaire dans une autopatrouille du SPVQ

La répartition assistée par ordinateur (RAO) a été implantée au Service de police de la Ville de Québec en mai 2019

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

La nouvelle répartition assistée par ordinateur (RAO) des policiers est plus susceptible de connaître des ratés lors d'événements majeurs, confirme le Service des technologies de l'information de la Ville de Québec. Ses responsables évoquent maintenant des coûts supplémentaires pour les contribuables.

La répartition assistée par ordinateur a fait parler d'elle ces derniers jours en raison des attaques dans le Vieux-Québec, le 31 octobre dernier. Ce soir-là, le système a flanché pendant que les policiers de Québec étaient à la recherche du suspect de la tuerie ayant fait deux morts et cinq blessés.

La RAO, imbriquée sur le tableau de bord des autopatrouilles, permet de suivre en temps réel les informations d'une intervention provenant de la centrale 911, ou encore de faire des demandes de renforts ou d'assistance.

Les récents ratés, révélés par Radio-Canada, ont poussé les responsables de son implantation à admettre des difficultés connues depuis sa mise en service en mai 2019. Des problèmes confirmés par le chef de la police de Québec lui-même, la semaine dernière.

Une autopatrouille bloque l'accès à une ruelle à Québec.

La RAO a flanché le soir du 31 octobre, dans le Vieux-Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Événements majeurs

En comité plénier vendredi, Marc Vézina, directeur du Service des technologies de l'information (TI) de la Ville, a fait savoir que la RAO connaissait des problèmes surtout lors de grands déploiements de la sécurité publique.

La majorité des problématiques qu'on a présentement, c'est lorsqu'il y a une opération majeure, où il y a beaucoup de monde qui se retrouve à la même place, a-t-il dit en réponse à une question du conseiller Jean-François Gosselin, de Québec 21.

M. Vézina a précisé que ces événements étaient difficiles à reconstituer de par leur ampleur, ce qui semble compliquer les analyses et les diagnostics pour les responsables du projet. De par leur nature, ce sont des événements qu'on souhaite rares, a-t-il pris soin de nuancer.

Marc Vézina, directeur du Service des TI de la Ville de Québec

Marc Vézina, directeur du Service des TI de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada

Le soir du 31 octobre, des sources policières ont évoqué des problèmes d'instabilité de la RAO ainsi que des pannes intermittentes. Le Service de police de la Ville de Québec a été à même de constater des problèmes d'écrans qui « gèlent ». Le chef Robert Pigeon a également mentionné des enjeux de convivialité.

Tout le monde est d'accord sur les incidents et les problématiques qu'on a avec la RAO

Marc Vézina, directeur du Service des TI de la Ville de Québec.

Des équipes travaillent à temps plein à résoudre les problèmes vécus avec la RAO. Et considérant l'ampleur des problèmes, la Ville ne cache pas que l'investissement de départ, évalué à 7 millions de dollars, risque de ne pas être respecté.

On constate qu’il faudra faire des investissements additionnels, a confirmé M. Vézina, vendredi. Pour le moment, les TI et ses partenaires travaillent à évaluer les besoins et les coûts qui vont en découler. M. Vézina affirme qu'il aura en main de meilleures évaluations quand on aura analysé et diagnostiqué l’ensemble des événements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !