•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sudbury : le groupe de travail sur le centre-ville toujours sans objectifs précis

Un itinérant

Le maire du Grand Sudbury reconnaît que la pandémie a rendu encore plus vulnérables les itinérants en les privant de certains services.

Photo : Radio-Canada

Un mois après sa formation, le groupe de travail créé par le maire du Grand Sudbury pour améliorer la sécurité au centre-ville développe toujours ses objectifs. Si Brian Bigger lui-même vante les progrès déjà accomplis par le collectif, le travail de ce dernier n’avance pas assez rapidement au goût de certains commerçants.

En un mois, le groupe de travail du maire composé de 22 membres s’est déjà réuni trois fois. Selon le maire Bigger, la dernière rencontre, qui a eu lieu le mercredi 25 novembre, a servi à préciser la mandat, pour définir davantage les objectifs du groupe.

Il souligne tout de même que depuis l'annonce de la formation du groupe, la Ville a pris une série de mesures comme l’augmentation du nombre de policiers qui patrouillent dans le centre-ville et des agents de sécurité au terminus d’autobus.

Une pancarte et un chariot devant une porte

Ce centre qui accueille les sans-abri en journée est financé par la Ville du Grand Sudbury.

Photo : Radio-Canada

La collecte d’ordures qui était jugée notamment insuffisante par des commerçants du centre-ville a aussi été renforcée, souligne M. Bigger. De plus, la Ville s’est engagée à ouvrir des centres de réchauffement pour les itinérants.

Nous avons accompli plusieurs choses, même avant d'établir notre mandat. Ce sera vraiment un groupe qui servira de comité directeur et qui aura des connexions avec plusieurs groupes communautaires et fournisseurs de services.

Brian Bigger, maire du Grand Sudbury

Lors de leur réunion de mercredi, les membres du groupe de travail ont convenu de créer un sommet sur le sans-abrisme qui sera un forum ouvert où des personnes seront invitées à parler de leurs expériences, de leurs idées et de leurs solutions, ajoute M. Bigger, qui dit absolument reconnaître que la crise de la COVID-19 a notamment privé des sans-abri et des toxicomanes, les rendant ainsi plus vulnérables.

Toutefois, le format exact dudit sommet n’a toujours pas été déterminé.

Un homme assis à un bureau avec un micro.

Brian Bigger est le maire du Grand Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Membres du groupe de travail du maire

  • Brian Bigger : maire du Grand Sudbury
  • Fern Cormier : conseiller municipal du Grand Sudbury
  • Geoff McCausland : conseiller municipal du Grand Sudbury
  • Joscelyne Landry-Altmann : conseillère municipale du Grand Sudbury
  • Melissa Zanette : chef du personnel à la Ville du Grand Sudbury
  • Ed Archer : directeur administratif à la Ville du Grand Sudbury
  • Steve Jacques : directeur général à la Ville du Grand Sudbury
  • Brendan Adair : gestionnaire des services de sécurité à la Ville du Grand Sudbury
  • Tony Cecutti : directeur général des services d'infrastructures à la Ville du Grand Sudbury
  • Paul Pedersen : chef de la police du Grand Sudbury
  • Sara Cunningham : inspectrice, police du Grand Sudbury
  • Sheilah Weber : chef adjointe, police du Grand Sudbury
  • Dre Penny Sutcliffe : médecin-hygiéniste, Santé publique Sudbury et districts
  • Sandra Laclé : directrice de la promotion de la santé, Santé publique Sudbury et districts
  • Angela Recollet : Shkagamik-Kwe Health Centre
  • Patty MacDonald : directrice générale, Association canadienne pour la santé mentale Sudbury-Manitoulin
  • Maureen Luoma : directrice générale, Association des commerçants du centre-ville
  • Dr. David Marsh : doyen adjoint de la recherche, École de médecine du Nord de l'Ontario
  • Dr. Mike Franklyn : professeur, École de médecine du Nord de l'Ontario
  • Maureen McLelland – vice-présidente régionale, Horizon Santé-Nord
  • Helen Francis : directrice générale, YMCA
  • Denis Constantineau : directeur général, Centre de santé communautaire du Grand Sudbury

Le groupe de travail a été mis sur pied en octobre, après une série d'incidents violents au centre-ville.

Tout le monde a un rôle à jouer

Le directeur général du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury, Denis Constantineau, a pris part à la réunion de mercredi. Il reconnaît que le groupe de travail du maire n'a pas encore identifié les actions concrètes ni les résultats qu'il espère atteindre.

Il reste toutefois optimiste quant à la mission du groupe.

Les commerçants du centre-ville ont beaucoup de façons de faire entendre leur voix, mais les gens qui sont sans abri et qui vivent dans la pauvreté ont moins l'option de faire entendre leur voix, et j'espère qu'on va réussir à les entendre, note-t-il.

Je crois que c’est un pas dans la bonne direction. Toutes les discussions qu’on peut avoir autour des problématiques sont un bon geste. Il faut entendre les voix de toutes les personnes impliquées, dans cette situation-là.

Denis Constantineau, directeur général du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury
Un homme qui porte des lunettes

Le directeur général du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury, Denis Constantineau, est membre du groupe de travail du maire Brian Bigger.

Photo : Radio-Canada

À son avis, les solutions qui s’imposent à Sudbury sont surtout la création de plus de logements abordables, l’augmentation de services de santé mentale et la création d'un centre d'injection supervisée.

Il faut se pencher sur la question du revenu des personnes aussi, mais ce sont des facteurs structuraux, pas des questions qu’on va adresser du jour au lendemain, indique M. Constantineau.

Seule, la Municipalité ne peut rien faire. On a besoin du concours des agences qui travaillent sur le terrain avec les sans-abri, de la province et du fédéral, des commerçants, des résidents, tout le monde a un rôle à jouer, ajoute-t-il.

Des commerçants réclament plus de transparence

Mais le travail du groupe formé par le maire n’avance pas à un rythme satisfaisant, selon certains commerçants du centre-ville, inquiets des conséquences potentielles de l’itinérance sur la sécurité de leurs établissements.

On voit des patrouilles, mais nos voisins sont toujours victimes de vandalisme. Ça semble se manifester en vagues.

Suzette Peters, propriétaire du café Cedar Nest

Suzette Peters, propriétaire du café Cedar Nest, dit ne pas avoir entendu grand-chose sur le travail du groupe depuis l’annonce de sa création, mais elle souligne tout de même avoir remarqué les collectes d'ordures plus régulières.

Avec quelques autres entrepreneurs du secteur, elle dit tout de même devoir prendre les choses en main en offrant notamment aux itinérants des repas gratuits.

Après un mois de travail [pour le groupe du maire], il aurait été bien d’être approché par le bureau du maire, de recevoir une correspondance peut-être pour nous dire ce qui est en train d'être fait. Ce serait bien de voir un peu plus de transparence, dit-elle.

Ce serait bien de pouvoir voir ces rencontres, de pouvoir en être témoins, ou de mettre en place une meilleure communication avec les propriétaires de commerces au lieu de devoir suivre les médias sociaux pour savoir ce qui se passe.

Suzette Peters, propriétaire du café Cedar Nest

Le maire du Grand Sudbury indique qu’une plateforme virtuelle sera mise en place d’ici la mi-décembre pour permettre au grand public de soumettre ses recommandations et ses observations, ses idées et ses solutions pour résoudre les problèmes auxquels le centre-ville est confronté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !