•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 semaines après la disparition d'un Terre-Neuvien, sa famille garde espoir

Photo du jeune Jordan Naterer assis dans l'herbe devant des montagnes rocheuses.

Originaire de Terre-Neuve, Jordan Naterer a été aperçu pour la dernière fois à Vancouver le 10 octobre.

Photo : Offerte par Julia Naterer

Plus de six semaines après la disparition de Jordan Naterer, des dizaines de bénévoles sont toujours à l'œuvre pour retrouver le jeune randonneur terre-neuvien. Sa mère cherche des bénévoles pour examiner de nouvelles images aériennes prises en fin de semaine dans le secteur du parc provincial Manning, en Colombie-Britannique.

L'ingénieur âgé de 25 ans manque à l’appel depuis le week-end de l’Action de grâce. Il a été aperçu pour la dernière fois à Vancouver le 10 octobre. Son automobile a été retrouvée trois jours plus tard près du sentier Frosty Mountain, dans le sud de la Colombie-Britannique.

Les autorités en Colombie-Britannique ont suspendu leur opération de recherche et de sauvetage le mois dernier, mais des dizaines de bénévoles continuent à ratisser un secteur de la taille de la ville de Saint-Jean (T.-N.-L.) pour trouver le randonneur.

C’est un terrain très escarpé. Il y a beaucoup de falaises, beaucoup d’arbres morts, explique Josie Naterer, la mère de Jordan, en ajoutant que la région est maintenant couverte de quatre pieds de neige.

Si les gens savaient le territoire que nous avons déjà couvert en marchant, avec des drones et des hélicoptères, je pense qu'ils seraient surpris. Mais ce n'est pas assez. La forêt est tellement dense.

Josie Naterer

Nous continuons à espérer et nous croyons fermement qu'il y a toujours une possibilité qu'il attende qu'on le sauve, avance-t-elle.

De nouvelles images

Plus de 130 000 $ en dons collectés par Julia Naterer, la soeur de Jordan, aident à payer les sorties en hélicoptère et le personnel des entreprises privées de recherche et de sauvetage, qui ont l'expérience et l'équipement pour fouiller les zones les plus dangereuses.

Chaque sortie en hélicoptère coûte entre 2500 $ et 5000 $, précise-t-elle.

La fin de semaine dernière, après des consultations avec des experts en recherche et sauvetage, la famille a affrété un aéronef à voilure fixe de la compagnie Kisik Aerial Survey pour prendre des images de la région entourant le parc Manning — dont certains secteurs aux États-Unis.

Cet appareil va détecter certaines couleurs — le rouge et l'orange [comme la tente de Jordan] — et tout ce qui a l'air suspect, dit Mme Naterer.

Jordan Naterer posant devant un lac dans les Rocheuses.

La mère de Jordan Naterer espère toujours retrouver son fils, plus de six semaines après sa disparition.

Photo : Offerte par Julia Naterer

Ces données brutes seront nettoyées et cartographiées cette semaine par une entreprise privée et des experts à l'Université de la Colombie-Britannique. Mme Naterer espère que, dès lundi, les images pourront être examinées par une armée de bénévoles recrutés par la famille et les amis du randonneur — une équipe de recrues qui habitent partout au Canada, dit la mère.

Jeudi soir, une vigile virtuelle a été organisée par une amie de Jordan qui habite à Vancouver. Sur la rue de Josie Naterer, les fenêtres des maisons étaient toutes illuminées par des chandelles. Des dizaines d'images ont été publiées sur Facebook par des amis.

On avait besoin de ces appuis, ça nous a aidés énormément, moi et mon mari, indique Mme Naterer, qui habite à Saint-Jean.

C'est une situation extrêmement difficile pour notre famille. Les matins commencent avec l'espoir et, à la fin de la journée, quand on n'a rien trouvé, c'est tragique. C'est très dur.

Josie Naterer

À la recherche des bénévoles

Mme Naterer demande aux gens qui veulent aider à examiner les nouvelles images de rejoindre un groupe Facebook (Nouvelle fenêtre) établi pour les bénévoles.

Elle demande aussi aux Britanno-Colombiens qui ont une formation en recherche et sauvetage et qui peuvent aider aux efforts sur le terrain de contacter la famille sur les réseaux sociaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !