•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise sherbrookoise participe aux tests du vaccin de Médicago

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une fiole contenant une dose de vaccin.

L’entreprise sherbrookoise Q&T Recherche a été sélectionnée pour recruter des participants pour la phase 2 des tests du vaccin de Médicago

Photo : Courtoisie / Medicago

Radio-Canada

L’entreprise sherbrookoise Q&T Recherche a été sélectionnée pour recruter des participants pour la phase 2 des tests du vaccin contre la COVID-19 de l'entreprise québécoise Médicago.

Cette étude demande une grande implication de ses participants, puisqu’ils doivent recevoir deux doses du vaccin et sont donc dans l’obligation d’effectuer plusieurs visites. Malgré tout, Q&T constate que les citoyens répondent à l’appel.

La présence constante de la COVID, les gens en ont marre [...]. Lorsqu’on dit qu’il y a un vaccin possible qu’on développe, la réponse est simplifiée actuellement. Ce n’est pas que les gens ont complètement enlevé l’image négative de la médecine de cobaye, mais elle est très nettement diminuée, les gens sont plus réceptifs, explique le président et directeur général de Q&T, Pierre Gervais.

Les participants ne seront pas exposés à la COVID-19 dans cette phase des tests. La façon qui est choisie dans le cas de la COVID, puisqu’il y a un risque de mortalité, c’est de laisser les gens dans leur environnement naturel. On laisse l’environnement choisir et nous amener les événements d’eux-mêmes, souligne M. Gervais.

Même si plusieurs entreprises sont rendues à des phases beaucoup plus avancées des tests de leur vaccin contre la COVID-19 que Médicago, des experts voient les recherches de la compagnie québécoise d’un bon œil.

La professeure et médecin à l’Université de Sherbrooke, Maryse Guay, note que le fait d’avoir un vaccin fabriqué au pays pourrait permettre aux Canadiens d'avoir plus facilement accès à des doses.

C’est pertinent de continuer parce qu’on n’a pas d’indépendance et d’autonomie en production de vaccin au Canada, donc Médicago est une compagnie prometteuse.

Maryse Guay , professeure et médecin à l’Université de Sherbrooke

Un autre avantage du vaccin de Médicago est qu’il peut être entreposé à des températures situées entre 2 et 8 °C, ce qui faciliterait son transport. En guise de comparaison, celui de Pfizer doit être gardé à moins de –70 degrés. 

Une phase 3 dans les prochains mois

Alors que la phase 1 des tests du vaccin de Médicago avait permis de tester différentes recettes chez environ 200 adultes en santé, la phase 2 permettra de tester la formulation choisie chez plus de participants, a expliqué la directrice des affaires scientifiques et médicales de Médicago Nathalie Charland à Par ici l’info 

On parle de plus de 600 personnes, et ces groupes-là vont inclure des gens plus âgés, [...] au-delà de 55 ans, note-t-elle.

C’était très important pour nous d’ajouter des personnes plus âgées, car elles sont plus à risque de développer la maladie sévère, ajoute Mme Charland.

Elle indique que si tout se passe bien, la compagnie espère débuter la phase 3, soit les tests ultimes du vaccin, d’ici la fin de l’année ou tôt au début de l’an prochain. Cette phase devrait inclure plus de 30 000 personnes à travers la planète. 

D'après les informations de Thomas Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !