•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chauffeurs d'autobus se plaignent de l'achalandage et d'usagers sans masque

Plusieurs dizaines d'usagers entassés à bord d'un autobus municipal à Toronto.

Des chauffeurs d'autobus à Toronto disent que leur véhicule peut être bondé à l'heure de pointe et que nombre d'usagers ne portent pas de masque.

Photo : Photo fournie par Rocco Signorile

Radio-Canada

La Commission de transport de Toronto (CTT) devrait faire davantage pour réduire le nombre d'usagers par autobus et s'assurer qu'ils portent un couvre-visage, affirment des chauffeurs.

Un chauffeur raconte à la CBC qu'il a même reçu des menaces de mort d'un usager à qui il avait demandé de porter un masque.

Cet employé de la CTT ajoute que les autobus desservant les circuits dans Rexdale et West Humber dans le nord-ouest de la ville sont souvent bondés aux heures de pointe et il n'y a rien que les chauffeurs puissent faire pour empêcher plus d'usagers de monter à bord, dit-il.

CBC et Radio-Canada ont accepté de lui accorder l'anonymat, parce qu'il craignait de perdre son emploi s'il était identifié.

Les quais d'embarquement aux stations Finch et Finch West sont pleins. Et les usagers peuvent monter dans l'autobus par les portes arrière, alors il n'y a aucune vérification quant au port du masque.

Chauffeur de la CTT

Le nord-ouest de Toronto fait partie des secteurs les plus touchés par la COVID-19.

Pour de nombreux résidents de ces quartiers, le télétravail n'est pas une option; ils doivent prendre le transport en commun chaque jour.

La CTT incite les usagers à prendre le prochain autobus si le premier est trop plein et demande aux passagers de porter un masque, mais sans refuser l'accès à bord à ceux qui n'en ont pas un.

Ce n'est pas tout le monde qui peut attendre que passe un autobus vide ou qui peut se payer un Uber plutôt que de monter à bord d'un autobus bondé. Il faut plus d'autobus.

Chauffeur de la CTT

Nous sommes stressés et nous avons peur de contracter le coronavirus, ajoute le chauffeur.

Un autre chauffeur qui a requis l'anonymat affirme que la CTT devrait avoir une politique stricte : Pas de masque, pas possible de prendre l'autobus.

Lorsqu'une personne peut monter à bord sans couvre-visage, dit-il, ça devient un précédent pour d'autres de faire la même chose.

Uniquement ce mois-ci, 12 employés de la CTT du secteur de service d'Arrow Road ont été infectés, y compris 11 chauffeurs.

Le syndicat des employés précise toutefois que nombre d'entre eux ont été infectés par des membres de leur famille.

La CTT se défend

Le porte-parole de la Commission de transport, Stuart Green, dit que 100 autobus de plus sont en circulation pour désengorger les circuits les plus achalandés comme Keele, Jane et Finch West.

Il ajoute qu'il est difficile de savoir d'un jour à l'autre quels arrêts seront les plus achalandés.

Présentement, plus de 93 % de nos autobus transportent 25 passagers ou moins, ce qui est la moitié de la capacité du véhicule.

Stuart Green, porte-parole de la CTT

Le chauffeur à la retraite et ancien représentant syndical Rocco Signorile répond que des conducteurs lui envoient souvent des photos d'autobus bondés pour les mêmes circuits. J'ai affiché une photo sur Twitter montrant 30 personnes qui attendaient au premier arrêt de l'autobus [du circuit Kipling], dit-il, et ça se produit souvent.

Pour sa part, le président de la section 113 du syndicat ATU, Carlos Santos, dit qu'il a soulevé la question à plusieurs reprises auprès de la CTT et du bureau du maire. Il demande une meilleure application des consignes de la santé publique.

Il y a eu des confrontations lorsque nos chauffeurs ont dit à des usagers qui voulaient monter à bord que l'autobus était déjà plein ou qu'ils devaient porter un masque, dit-il. Ce n'est pas sécuritaire [pour eux].

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !