•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Higgs n’est pas convaincu d’encadrer les loyers

Les balcons d'un immeuble à logement.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick ne compte pas pour le moment imiter celui de la Nouvelle-Écosse qui limite à 2 % la hausse des loyers durant la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick n'a pas prévu de geler les hausses de loyer à 2 %, comme cela a été annoncé cette semaine en Nouvelle-Écosse.

Le ministre du Développement social, Bruce Fitch, affirme qu'il étudiera cette nouvelle politique de contrôle des loyers afin de voir si le Nouveau-Brunswick en a besoin d'une aussi.

Bruce Fitch croit que le marché immobilier à Halifax est peut-être différent de celui des villes et des villages du Nouveau-Brunswick.

Le ministre, qui dit avoir parlé à plusieurs propriétaires, et croit qu'il faut peut-être laisser jouer les forces du marché.

La hausse des loyers préoccupe le député libéral de Baie-de-Shediac-Dieppe, Robert Gauvin.

Je comprends le coût de la vie. Je comprends les assurances. Je comprends très bien aussi que les matériaux de construction, ça n'arrête pas de monter. Je comprends tout ça. Maintenant, est-ce que ça justifie des montées de 30 %, 40 %, 50 %, 60 %? J'ai de la misère avec ça, explique Robert Gauvin.

Des locataires subissent des hausses de plusieurs centaines de dollars par mois, ce qui surpasse leurs moyens.

Il faut agir rapidement parce que l'hiver s'en vient et tout le monde le sait que c'est un problème.

Robert Gauvin, député libéral de Baie-de-Shediac-Dieppe

Le député Gauvin souhaite aussi que Fredericton conclue avec Ottawa une entente sur le logement abordable pour répondre aux besoins criants en ce domaine dans la province.

Quand aura lieu le débat sur le projet de loi des verts?

Pour sa part, le Parti vert a déposé un projet de loi la semaine dernière afin d'instaurer un contrôle des loyers. Mais étant donné la suspension des travaux législatifs, on ignore quand les députés pourront débattre de ce projet de loi en Chambre.

Selon le député David Coon, chef du Parti vert, les locataires subissent le contrecoup d’un boom immobilier provoqué par la pandémie.

Le défi qui existe maintenant avec le loyer pour les locataires, c'est une conséquence de la pandémie, dit-il.

D'autres provinces ont déjà instauré un contrôle des loyers.

Il y a 4 ou 5 provinces maintenant avec un processus de fixer un plafond pour l'augmentation des loyers. Donc, le marché marche, souligne David Coon.

On ignore quand le gouvernement tranchera sur cette question.

D’après un reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !