•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en vente de l’ancien hôtel de ville de Saint-Boniface : « la lutte commence »

L'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface.

La vente de l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface a créé des inquiétudes dans la communauté.

Photo : Radio-Canada / TREVOR LYONS

Radio-Canada

La communauté francophone n'a pas dit son dernier mot concernant la vente de l'ancien hôtel de ville et de l'ancienne caserne de pompiers de Saint-Boniface. La semaine dernière, le comité sur la propriété et le développement de la Ville de Winnipeg a refusé leur demande de prolonger d’une autre année l’appel d’offres. Ils se sont réunis jeudi après-midi pour préparer une contre-offensive.

La lutte commence à se planifier!, lance d’un ton combattant Walter Kleinschmit, le président d'Héritage Saint-Boniface.

Ce dernier affirme avoir relevé des failles dans le processus d’appel d’offres lancé par la Ville.

Le comité permanent de la Ville n’avait pas compris, ou oublié, que la date avait été donnée pour permettre à des consultations de se passer à Saint-Boniface ou dans la communauté. Le but était de s'assurer que la vision et les aspirations de la communauté étaient représentées dans les propositions que la Ville recevrait, détaille le président.

Après une première consultation en début d’année, la COVID-19 a cependant coupé court au reste des consultations.

C’est pourquoi nous avons demandé un rallongement pour compléter ce processus.

Bonne évaluation des projets

Selon Walter Kleinschmit, le fait que toutes les consultations n’ont pu être menées empêche la Ville de Winnipeg d’avoir les éléments nécessaires pour bien évaluer les projets.

Nous voulons nous assurer que tous les dirigeants de la Ville comprennent à quel point l’hôtel de ville en particulier et le carré civique en général sont très importants pour Saint-Boniface, souligne celui qui a participé au développement de plusieurs centres commerciaux au Moyen-Orient.

On ne veut pas prendre le risque que ce soit développé d’une façon où le public perd son accès aux édifices.

La prochaine étape, selon le président d'Héritage Saint-Boniface, est l'achèvement du rapport sur les quelques consultations qui ont pu se tenir. Celui-ci sera ensuite soumis à la Ville.

Le défenseur du patrimoine renchérit : On va s’assurer que la majorité des citoyens ont l'opportunité de s’exprimer.

Avec les informations de Samuel Rancourt et de Marie-Gabrielle Ménard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !