•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des examens en présentiel possiblement devancés : un casse-tête supplémentaire

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les adultes francophones du Nouveau-Brunswick qui retournent aux études ont de la difficulté à obtenir leur diplôme d'étude secondaire.

Les adultes francophones du Nouveau-Brunswick qui retournent aux études ont de la difficulté à obtenir leur diplôme d'étude secondaire.

Photo : iStock

Laurie Gobeil

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, a affirmé jeudi matin qu'elle souhaite devancer le calendrier d'examens en présentiel des cégeps et des universités. Pour certains établissements d'enseignement de la région qui avaient prévu le coup, ce sera plus simple, pour d'autres, cette annonce représente un casse-tête supplémentaire.

La volonté de la ministre Danielle McCann, de devancer aux 16 et 17 décembre les examens en présentiel, dans les cégeps et les universités n'est pas accueillie de la même manière partout dans la région. La ministre souhaite permettre aux étudiants de vivre l'isolement réclamé par le gouvernement, avant de pouvoir passer les Fêtes en famille.

Au Collège d'Alma, le calendrier initial d'examens devait s'échelonner jusqu'au 22 décembre. Ces derniers jours, la direction a commencé à se douter que le gouvernement allait leur imposer les consignes émises pour les écoles primaires et secondaires. Ce qu'on tente de faire actuellement pour respecter l'idée de s'isoler et être capable de profiter de quatre jours de festivités dans le temps des Fêtes, c'est de programmer l'ensemble des évaluations au plus tard le 16, a précisé Frédéric Tremblay, conseiller aux communications au Collège d'Alma. C'est plus compliqué pour certains groupes, car ils ont dû être isolés en courant de session. Donc, il y a du retard à reprendre.

Au Cégep de Jonquière, des évaluations pouvaient se tenir dans la semaine du 21 décembre, mais la directive vient de changer. On privilégie les évaluations à distance. Mais il faut comprendre que dans certains cas, il est possible que des évaluations se tiennent en présentiel, et dans le cas où c'est nécessaire, toutes ces évaluations seront complétées pour le 18 décembre, a mentionné Sabrina Potvin, coordonnatrice du service des communications au Cégep de Jonquière.

Le casse-tête a été moins difficile à résoudre au Cégep de Chicoutimi où le calendrier d'examen se terminait déjà le 18 décembre. Selon Éric Émond, directeur recrutement, affaires corporatives et communications au Cégep de Chicoutimi, une très grande proportion des étudiants vont faire leurs examens à distance.

À l'Université du Québec à Chicoutimi, 300 étudiants devaient passer un examen les 19 et 21 décembre, mais la direction demande aux enseignants de devancer autant que possible leur tenue. Les professeurs, les chargés de cours et les étudiants, c'est sûr que c'est épuisant. On est dans un contexte particulier où il a fallu s'adapter. Il y a beaucoup beaucoup de choses qu'il faut revoir et d'avoir des directives comme ça, c'est sûr que ça en remet une couche supplémentaire. [..] Au bout de tout ça, il faut quand même penser que les gens sont résilients et sont compréhensifs, a analysé Marie-Karlynn Laflamme, directrice du Service des communications et des relations publiques à l'UQAC.

Même s'ils ont tous déjà commencé à faire des changements, les établissements d'enseignement de la région attendent la consigne officielle du ministère quant à cette volonté de devancer la période d'examens.

D'après le reportage de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !