•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année hors du commun pour les friperies de la région

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'intérieur d'une friperie.

Le nombre de dons a beaucoup augmenté dans les friperies de la région.

Photo : Radio-Canada / Johanie Bilodeau

Radio-Canada

Les friperies de la région ont connu une année mouvementée en raison de la COVID-19 : elles ont connu une explosion de dons à la réouverture des commerces après le confinement, mais là, elles doivent négocier avec une baisse de clientèle, particulièrement depuis que la région est passée en zone rouge.

On a eu une explosion de dons après l'ouverture en juin, indique le directeur général du Groupe Coderr, Dave Gosselin. Normalement, au printemps, on a, à peu près, juste à Alma, entre 400 et 600 dons par jour. On a atteint des journées entre 1000 et 1200 dons par jour.

Chez Friprix et au comptoir vestimentaire St-Isidore, à Chicoutimi, les bacs se remplissent aussi à vue d'œil.

J'ai sept conteneurs juste pour mon local dans la ville de Chicoutimi, explique la gérante bénévole du groupe vestimentaire Isidore, Annie-Claude Perron. On les vide une fois par semaine et, sur la rue des Roitelets, on les vide deux à trois fois par semaine. C'est toujours plein.

On a reçu des dons doublement depuis le début de la pandémie, affirme l’une des directrices générales de Friprix, Suzie Verreault.

Les magasins fermés au printemps, le confinement et le temps passé à la maison ont favorisé un grand ménage. Les friperies ont dû s'ajuster. Au début, on a dû fermer nos bacs, vu que c'était le confinement total, ajoute Mme Verreault. Alors, on a dû les rouvrir parce qu'on avait trop de dons.

Début d’une diminution

Malgré tout, au total, le nombre de dons ne devrait pas être plus grand qu’à l’habitude selon Dave Gosselin. Globalement, dans l'année, on ne pense pas avoir plus de dons, parce que les gens n’ont pas plus dépensé. La seule chose, c'est qu'il y a eu une période de grand ménage qui a amené un afflux de dons.

Depuis les appels du premier ministre, François Legault, à demeurer à la maison, les friperies de Coderr d'Alma et de Chicoutimi ont vu les dons diminuer. Je pense que les gens sortent moins, donc amènent moins leurs dons, ou ils ont fait un vraiment beau ménage au printemps, ajoute M. Gosselin. Mais, on appelle quand même les gens à amener leurs dons parce qu'il y a un besoin. On le sent. Les ménages à faibles revenus, beaucoup de personnes sont sans emploi.

Achalandage en baisse

L'intérieur d'une friperie.

L'achalandage dans les friperies a tout de même diminué depuis que la région est en zone rouge.

Photo : Radio-Canada / Johanie Bilodeau

Depuis le début de la pandémie, l'achalandage est légèrement en baisse, une donne qui s'est accentuée avec le passage du Saguenay-Lac-Saint-Jean en zone rouge. Il y a des gens qui sont confinés un petit peu plus. Les gens un petit peu plus âgés, estime Suzie Verreault.

Pour les comptoirs vestimentaires qui possèdent de petits locaux, les contraintes d'espace ont aussi contribué à une diminution de la clientèle. À l'automne, c'était super achalandé, mais plus le froid arrive et vu qu'on est ici, on a droit à moins de personnes, explique Annie-Claude Perron. On a droit à cinq personnes à la fois, c'est sûr que là, il y en a qui veulent plus attendre dehors.

La deuxième vague de la pandémie a donné le coup de barre à certains comptoirs vestimentaires. Les autres tentent de garder la tête hors de l'eau. Je me fais tout le temps dire: "c'est beau chez vous, c'est le fun de venir. Ça sent bon, c'est bien éclairé. T'es fine, on t'aime". Puis moi je les aime, c'est comme ma famille, raconte Annie-Claude Perron. Moi, je veux qu'ils se sentent chez eux quand ils viennent chez nous.

Virage web

De son côté, la Friperie de Coderr s'est tournée vers le web. Après avoir dû mettre sur pause sa friperie à l'UQAC et celle qui devait voir le jour au Cégep de Chicoutimi, une formule différente a été pensée.

Les étudiants nous ont approché pour ouvrir une friperie en ligne, indique Dave Gosselin. Ce serait finalement une troisième friperie avec un modèle d'affaires différent des friperies qui ont du plancher. Après les Fêtes, la boutique en ligne du Groupe Coderr devrait être en ligne.

D'après le reportage de Johanie Bilodeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !