•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deena Hinshaw « profondément déçue » des révélations de tensions avec le gouvernement

Plan épaules de la Dre Deena Hinshaw en conférence de presse.

La Dre Hinshaw refuse de dévoiler les recommandations qu'elle a faites au gouvernement Kenney.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

La médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw, s’est dite « profondément déçue » des révélations sur des tensions entre la santé publique et le gouvernement de Jason Kenney. Des enregistrements obtenus par CBC révèlent qu’il a plusieurs fois ignoré ses recommandations sur la COVID-19.

Partager les conversations privées des réunions du Centre d’opérations d’urgence, qui gère la pandémie en Alberta, est une violation de notre code de conduite et de notre serment au service public. C’est une trahison personnelle et envers tous les membres de notre équipe, a-t-elle déclaré d’emblée lors de sa conférence de presse quotidienne.

Deena Hinshaw affirme qu’il y aura une enquête sur la source de la fuite de ces enregistrements.

Elle a répété que son rôle se limitait à conseiller le gouvernement et que c'est lui prend les décisions finales. Elle a refusé à plusieurs reprises de dévoiler quelles recommandations elle lui avait faites.

J’ai toujours eu l’impression que mes idées ont été respectueusement considérées.

Dre Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l'Alberta

Lorsque questionnée, Deena Hinshaw n’a toutefois pas nié avoir des désaccords importants avec le gouvernement. Mon père disait toujours que lorsque votre partenaire et vous êtes en accord, l’un de vous n’est pas nécessaire, a-t-elle raconté.

Je crois que le même concept s’applique à des décisions très difficiles qui ont un impact significatif sur toute la population. C’est essentiel que toutes les perspectives soient entendues, a-t-elle dit, ajoutant qu’elle avait elle-même eu des frustrations parce qu’elle était humaine.

Le gouvernement nie toute ingérence politique

Questionné par la chef de l’opposition à l’Assemblée législative jeudi, le premier ministre Jason Kenney a nié qu’il avait interféré dans le travail de la santé publique.

Je plaide coupable, Monsieur le président. J’ai demandé des preuves et des données pour prendre des décisions difficiles sur la santé publique et m’assurer que nous maximisons l’impact positif sur la santé publique et minimisons les impacts sociaux et économiques négatifs, a répondu Jason Kenney.

Le premier ministre a répété qu’il appartenait aux élus de prendre les décisions finales sur la santé publique.

Tyler Shandro, en conférence de presse.

Des sources affirment que le bureau du ministre de la Santé a voulu avoir l'approbation de Services de santé Alberta sur certaines mesures qui ne le concernaient pas.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Le ministre de la Santé a critiqué ces révélations. [Elles] ne dévoilent rien, [elles] n’ajoutent rien à la discussion. Je suis préoccupé pour une seule raison, que ça mine la confiance en Dre Hinshaw et la ça met dans l’embarras. Je l’ai appelée ce matin pour lui dire qu’elle n’avait pas à s’excuser, contrairement au poltron qui l’a enregistrée, a-t-il déclaré.

Tyler Shandro a rejeté l’idée que son bureau ait voulu contrôler les actions de Services de santé Alberta sur le respect des règles de santé publique. C’est une question complètement folle, a-t-il répondu à un journaliste.

Un comité consultatif indépendant

L’opposition néo-démocrate albertaine réclame la mise sur pied d’un comité consultatif indépendant qui publierait ses recommandations sur la COVID-19. Selon sa chef Rachel Notley, cela permettrait aux Albertains de savoir quelles recommandations le gouvernement retient ou non.

Elle exige que Jason Kenney publie les recommandations que Deena Hinshaw lui a faites, ce que le gouvernement refuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !