•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs essentiels de l'Outaouais pourraient être privés de rassemblements aux Fêtes

Des infirmières  mettent leur équipement de protection avant de tester les patients pour le coronavirus

Des travailleurs de la santé du Québec ne pourront vraisemblablement pas se rassembler avec leurs proches à Noël (archives).

Photo : afp via getty images / JOSEPH PREZIOSO

Radio-Canada

Ce ne sont pas tous les Québécois qui pourront s’isoler une semaine avant et une semaine après Noël pour profiter des réunions familiales. Certains, comme les travailleurs essentiels, n'auront pas assez de congés pour le faire.

C’est ce que déplore le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais qui estime que le gouvernement méprise le personnel de la santé à travers ces directives.

Aucun professionnel en soins ne pourra rencontrer ou voir sa famille durant le temps des Fêtes, c’est sûr et certain, a expliqué le président du syndicat, Patrick Guay.

C’est utopique de penser que les professionnels en soins vont pouvoir s’isoler sept jours avant sept jours après.

Patrick Guay, président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais

Il ajoute que le personnel de la santé n'a le droit qu’à une semaine de congé pendant les Fêtes. Si l’employé choisit le Nouvel An, les réunions ne seront tout simplement pas possibles, car le gouvernement a déjà indiqué que les rassemblements du jour de l'An ne seront pas permis.

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais rappelle que de nombreux employés de la santé, notamment les infirmières, subissent les heures supplémentaires obligatoires pour combler le manque de travailleurs. Dans un tel contexte, obtenir une semaine de congé de plus pour pouvoir s'isoler avant et après les rassemblements des Fêtes n'est pas envisageable.

Le syndicat ajoute que la situation est telle que les infirmières infectées par la COVID-19, mais qui sont asymptomatiques sont souvent rappelées au travail avant même la fin de leur quarantaine.

Si l’employeur est en bris de services par exemple en soins intensifs, l'employeur peut dire à l'infirmière régulière - t­u rentres travailler tu surveilles tes symptômes tu n’as pas le droit de sortie à l'extérieur de chez toi sauf pour travailler- ça se fait encore, a dénoncé Patrick Guay.

Pas de compensation

Interrogé lors d’un point presse sur cette situation, le premier ministre du Québec, François Legault, dit avoir pris en considération les difficultés pour les travailleurs essentiels comme les policiers, les employés de la santé et même ceux de garderie de ne pas avoir la chance de prendre une semaine de congé pour s’isoler.

Le premier ministre explique qu’il fallait faire des choix. Il y a des gens pour qui ça va être plus difficile de respecter les consignes, mais le choix qu’on a c’est d’interdire tout rassemblement ou bien de le permettre à ceux qui peuvent de se rassembler c’est ça le choix que j’ai là, je ne suis pas un magicien je ne fais pas de miracles, a avoué François Legault.

Le premier ministre du Québec a aussi indiqué qu’il n'y aurait pas de compensations pour les travailleurs qui ne peuvent pas s’isoler pour se rassembler à Noël.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !