•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’achat local, une nécessité pour des entreprises à bout de souffle

Une affiche dans une vitrine, sur laquelle il est inscrit, en anglais, "loyer réduit pour compenser l'impôt foncier insensé."

Des entreprises britanno-colombiennes craignent de ne pas survivre à la deuxième vague de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La pandémie a gravement touché l’économie de la Colombie-Britannique. Certaines entreprises locales peinent encore à se relever de la première vague de COVID-19, et beaucoup craignent de ne pas survivre à la deuxième.

Quelques semaines avant le temps des fêtes, plusieurs petites entreprises locales ont décidé de tirer la sonnette d’alarme en sensibilisant les Britanno-Colombiens à l’importance d’acheter localement.

Selon un récent sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise Indépendante, seulement 33 % des petites et moyennes entreprises (PME) en Colombie-Britannique ont des revenus égaux ou supérieurs à la normale depuis le début de la pandémie.

Un Vancouvérois marche devant un commerce barricadé du quartier Gastown, déserté pendant la pandémie.

Plusieurs commerces dans la province n'ont pas survécu à la première vague de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Des données inquiétantes, selon Amy Robinson, fondatrice et directrice générale de l’organisme à but non lucratif LOCO BC, qui fait la promotion de l’achat local.

Plusieurs entreprises ont survécu à la première vague en travaillant davantage, et beaucoup d’entrepreneurs souffrent de problèmes de santé mentale aujourd’hui, et la seconde vague est encore plus problématique, dit-elle.

Si les acheteurs ne soutiennent pas les petites entreprises durant la période des fêtes, beaucoup d’entre elles vont fermer.

Amy Robinson, fondatrice et directrice générale, LOCO BC

Un avis partagé par Elizabeth Model, directrice de l'association Downtown Surrey Business Improvement, qui craint pour l’avenir de plusieurs commerces. Notre association représente 1500 entreprises. Je pense que 10 à 15 % d’entre elles vont fermer leur porte, c’est grave, explique-t-elle.

Les mois de novembre et de décembre représentent une période propice aux achats, ces mois sont vitaux en termes de chiffre d’affaires pour les petites entreprises, affirme Amy Robinson. Consciente qu’il est plus simple d’acheter à travers une plateforme multinationale, la directrice de LOCO BC invite plus que jamais les consommateurs à acheter local.

Ces entreprises sont nos amis et nos voisins, elles ont permis la relance économique de la province et chaque rideau fermé laisse un vide important dans nos quartiers.

Plusieurs initiatives ont été lancées par les associations locales pour venir en aide aux petites entreprises, telle que la Semaine de l'achat local, qui débute le 30 novembre.

Des gens circulent sur un trottoir.

Les entreprises locales tentent de faire front face aux grandes entreprises internationales.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Afin de lutter contre les géants d’Internet, certaines entreprises ont lancé leur site de vente en ligne et n’ont pas hésité à revoir leur domaine de prédilection.

Spécialiste de la confection de maillots de bain, Julia Church, gérante de la boutique Nettle's Tale du côté de Gastown, a fait le choix de lancer une collection de prêt-à-porter.

Les gens n’ont pas voyagé et n’avaient pas besoin de maillot de bain. La vente de nos vêtements a pu sauver nos pertes, explique-t-elle.

La pandémie lui a permis de se réinventer en tant qu'entrepreneure, dit la gérante de boutique, mais a également permis aux gens de comprendre l'importance de soutenir l'économie locale et les créateurs et artistes locaux et les petites marques plus que jamais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !