•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un deuxième incendie en deux mois à Pointe-Parent

Les décombres de la maison.

La maison inhabitée devait être démolie, car l'érosion de la berge avait mis en péril la structure du bâtiment.

Photo : Laurence Dami-Houle

Radio-Canada

Une résidence inoccupée de Pointe-Parent a été la proie des flammes dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s'agit du deuxième incendie en deux mois à survenir dans le village.

Le Service d'incendie de la communauté de Nutashkuan n'a pas été en mesure de déterminer la cause de l’incident.

La thèse de l'incendie criminel n’a pas pu être confirmée par les policiers. La Sûreté du Québec, qui se charge de l’enquête, rapporte toutefois avoir été avisée d'une introduction par effraction et de méfaits dans une résidence voisine.

Bien qu’il n’est pas possible de conclure que la maison a été victime de vandalisme, la mairesse de Natashquan, Marie-Claude Vigneault, estime que le village de Pointe-Parent est victime d’une vague de méfaits.

On ne sait pas qui fait le vandalisme, mais je peux vous dire que c’est inquiétant et que ça devient très difficile de continuer à vouloir vivre ici.

Marie-Claude Vigneault, mairesse de Natashquan

Ce n'est pas la première année qu’il y a des actes de vandalisme comme ça, mais des feux, c’est le deuxième. On a peur que ça se produise encore , affirme Mme Vigneault.

Ça pousse la Municipalité à vouloir faire avancer le dossier pour éviter des drames, éviter qu’il y ait des gens qui meurent dans ces incendies-là, qu’ils se blessent ou même que le village passe au feu, ajoute la mairesse.

La maison détruite par les flammes devait être démolie jeudi matin. Les fortes vagues de la tempête du 16 novembre dernier avaient mis l'intégrité de la structure en péril, en raison de l'érosion du terrain.

Une maison de Pointe-Parent avait également été la proie des flammes dans la nuit du 22 au 23 septembre.

Avec les information de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !