•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce sont des proches de Québec solidaire qui sont derrière le site d’actualité Majeur

Ceux-ci n'occupent toutefois plus de poste au sein du parti.

Capture d'écran de la page d'accueil de Majeur.info. Le titre de l'article en une est : « Jeff Bezos révèle la clé de son succès : laisser les autres faire le travail ».

La page d'accueil du site Majeur le 26 novembre

Photo : Capture d'écran

Le site Majeur, qui se décrit comme offrant « un contenu d’actualité à contre-courant des intérêts des élites économiques et politiques » en mettant en avant « les idées dont on ne parle pas dans les grands médias », est géré par une équipe où figurent deux personnes ayant occupé des rôles importants au sein de Québec solidaire (QS), ont appris les Décrypteurs.

De plus, Québec solidaire, ses députés et ses militants sont les principaux vecteurs de propagation du contenu de Majeur sur les réseaux sociaux, selon notre analyse.

Plusieurs des articles politiques qui y sont publiés offrent une couverture critique du gouvernement caquiste de François Legault, en plus de mettre en valeur les positions de QS, analyse Simon Thibault, professeur adjoint au Département de science politique de l'Université de Montréal et spécialiste en communication politique.

Juste dans la façon de titrer, c’est assez révélateur que le site semble pencher vers la gauche, qu’il est plutôt sympathique aux idées de Québec solidaire et moins sympathique aux autres idées. Quand j’en discutais avec mes étudiants, certains disaient que ça ressemblait plus à un exercice de communication politique qu’à un exercice de journalisme, raconte-t-il.

Dans les deux mois et plus qui ont suivi son lancement en septembre, il était impossible de voir sur le site l’identité des personnes qui le géraient ou des auteurs des articles.

Les noms des administrateurs ont été ajoutés dans la section « À propos », mercredi après-midi, après que nous eûmes contacté QS pour solliciter une entrevue au sujet de ce site web. Toutefois, aucune demande d’entrevue n’avait encore été formulée auprès de Majeur quand le changement a été effectué.

On peut maintenant y lire que Simon Tremblay-Pepin, candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Nelligan, porte-parole du parti en matière d’économie et responsable du contenu du parti aux élections provinciales de 2018, est l’un des administrateurs du site. Il est aussi chercheur associé à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) et professeur à l’Université Saint-Paul.

Questionné au sujet de cette mise à jour de la section « À propos », M. Tremblay-Pepin assure qu'elle n’a rien à voir avec notre demande d’entrevue à Québec solidaire. Elle s'expliquerait plutôt par le récent changement de statut de Majeur, d’organisme sans but lucratif à coopérative de solidarité.

On a reçu les papiers pour le changement de statut légal [mardi], donc on l’a indiqué sur notre site [mercredi], tout simplement, soutient-il.

C’était déjà public et n’importe quelle personne qui voulait plus d’information pouvait facilement la trouver au registraire des entreprises, ça prend 30 secondes, ajoute-t-il, mentionnant que Majeur divulguait le nom de ses administrateurs aux lecteurs qui lui en faisaient la demande sur Facebook Messenger.

C'est un homme à la télévision.

Simon Tremblay-Pepin, alors qu'il était candidat aux élections de 2018 pour Québec solidaire, dans la circonscription de Nelligan.

Photo : Radio-Canada

Des proches de Québec solidaire

Majeur est un organisme sans but lucratif enregistré à la demeure de M. Tremblay-Pepin, à Montréal, selon le registre des entreprises du Québec, et dispose d'un à cinq employés.

M. Tremblay-Pepin était engagé au sein de QS depuis sa fondation en 2006 avant de mettre fin à ses activités avec le parti en mars 2019. Il faisait partie d’un groupe tissé serré de sept amis et conseillers informels de Gabriel Nadeau-Dubois en 2017.

Je leur parle de tout avant de prendre une décision, avait confié Gabriel Nadeau-Dubois à L’actualité (Nouvelle fenêtre) à l’époque, alors qu’il venait d’entamer son mandat de co-porte-parole du parti.

Simon Tremblay-Pepin ne travaille pas à Québec solidaire, il n’est pas un conseiller de QS, on ne se parle pas de QS. Nous sommes amis, soutient M. Nadeau-Dubois. Vu que c’est un économiste de gauche, et il n’y en a pas tant que ça au Québec, souvent, une ou deux fois par année, une fois de temps en temps, je peux l’appeler pour avoir des conseils en économie.

Je ne suis pas du tout actif à Québec solidaire en ce moment. Je ne suis pas dans des comités, des conseils ou toutes ces affaires-là. J’ai pris un break et ça me fait grand bien, d’ailleurs, dit Simon Tremblay-Pepin.

En 2009, la porte-parole de QS de l'époque, Françoise David, décrivait M. Tremblay-Pepin comme l’un des piliers fondateurs du parti. Simon a été depuis plus de deux ans le responsable aux orientations à Québec solidaire, c'est-à-dire la personne qui a piloté toute la démarche de préparation, d’élaboration de la première étape de notre programme, avait-elle déclaré (Nouvelle fenêtre) en le présentant lors du congrès d'orientation de Québec solidaire.

Selon nos informations, Ludvic Moquin-Beaudry, responsable aux élections du comité de coordination national de Québec solidaire de 2016 à 2018, responsable aux communications internes du parti lors de la dernière campagne et attaché de presse de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) en 2012, fait aussi partie de l’équipe de rédaction. Il est également professeur de philosophie au Cégep de Saint-Jérôme.

Je ne suis plus dans la direction du parti depuis décembre 2018, mais je continue à participer aux activités de mon association locale, a assuré M. Moquin-Beaudry.

Bien que son nom n’apparaisse nulle part sur le site de Majeur, nous avons découvert une page d’auteur (Nouvelle fenêtre), normalement inaccessible à partir du site, appartenant à « ludvicmb », soit le nom d’utilisateur de M. Moquin-Beaudry sur Twitter et sur Instagram. La quasi-totalité des articles du site s’y trouve.

Ludvic Moquin-Beaudry prononce un discours à un événement militant de Québec solidaire. Il est accompagné de Gabriel Nadeau-Dubois.

Ludvic Moquin-Beaudry (droite) fait partie de l'équipe de rédaction de Majeur.

Photo : Capture d'écran YouTube

M. Moquin-Beaudry a affirmé que ces articles apparaissent sous son nom et qu’il effectue la mise en ligne des textes de Majeur. Il n’a pas été en mesure de nous dire à quels articles il a participé. Les textes sont écrits à plusieurs mains et j’ai donc touché à un grand nombre d’entre eux sans pouvoir en revendiquer la parentalité, a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de l’absence du nom des auteurs des articles, M. Tremblay-Pepin affirme que les collaborateurs de Majeur préfèrent garder l'anonymat.

Les bénévoles n’ont pas toujours le goût d’être identifiés quand ils font ce travail-là, parce qu'ils travaillent ailleurs, parce qu’ils ont des contrats, parce qu’on prend un ton qui est un peu en rupture, donc ça peut avoir des conséquences sur leur vie. Nous, comme conseil administratif, on prend la responsabilité éditoriale de ce qui est écrit, dit-il.

Les deux autres administrateurs de Majeur sont Alain Savard et Jeanne Reynolds. Ces derniers occupaient des postes clés au sein de la CLASSE lors des grèves étudiantes de 2012. À l’époque, Mme Reynolds et Gabriel Nadeau-Dubois étaient co-porte-parole du groupe étudiant. Notons par contre que rien n’indique que Mme Reynolds et M. Savard sont aujourd’hui impliqués au sein de QS.

Absence de transparence

La ligne éditoriale de Majeur n’est pas une source d’inquiétude pour Simon Thibault. C’est plutôt le manque de transparence du site avant la mise à jour de sa section « À propos » et le fait qu'aucun de ses articles n'est signé qui lui posent problème.

Ce n’est pas grave d’avoir des médias partisans, mais c’est important de l’assumer et de jouer franc-jeu avec qui nous sommes. Ce serait la moindre des choses de faire preuve d’un peu de transparence par rapport à ça, estime Simon Thibault.

Le logo de Majeur, avec le slogan « Vous avez une vie de fou, lisez ce qui compte ».

Majeur dit dans sa section « À propos » ne pas prétendre « être neutre comme les grands médias ».

Photo : Capture d'écran Facebook / Majeur

Ce principe de transparence constitue l’essence même du journalisme, explique Jean-Hugues Roy, professeur de journalisme à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

C’est juste pas honnête envers le public. À la base, ce n’est pas honnête. On veut parler, on veut rejoindre un public, mais on se cache. Non. Tu ne fais pas ça. C’est le b. a.-ba de la communication. Il faut que tu saches qui te parle. Et là, on ne le sait pas, juge-t-il.

C’est une démarche qui, à sa face même, transmet une certaine malhonnêteté. Pourquoi se cacher? À quoi bon? Je ne comprends pas.

S’il ne se cache pas de l’analyse de gauche qu’offre Majeur sur l’actualité, Simon Tremblay-Pepin affirme que la mission de Majeur est surtout de mettre en lumière les clivages, les conflits et les ruptures dans la société, et qu’il s’agit d’une réponse directe à la montée en popularité des théories du complot et de la désinformation.

On veut répondre à ce sentiment qu’il y a quelque chose qui ne marche pas dans la société. [...] On peut essayer de parler à ces gens-là avec un autre langage, avec quelque chose de plus marqué dans le conflit et dans l’opposition, de plus simple, de plus direct, et essayer de leur offrir un autre discours qui, au lieu de fabuler des oppositions délirantes, des Pizzagate, des histoires comme ça qui n’existent pas, qu’on commence à parler de véritables conflits dans la société, explique-t-il.

Québec solidaire, canal de transmission

Il est impossible de savoir combien de gens visitent Majeur. Le site a été créé si récemment que les outils qui permettent normalement d’estimer l’auditoire d’un site ne disposent pas d'assez de données à son sujet pour le faire.

Par contre, le site a déjà gagné une certaine popularité dans les réseaux sociaux. Par exemple, 12 articles du site ont suscité plus de 1000 interactions sur Facebook, selon l’outil d’analyse des réseaux sociaux BuzzSumo. L’article le plus populaire en a généré 3400.

Nous voyons que les quatre plus populaires sont des publications de Gabriel Nadeau-Dubois, Catherine Dorion et Québec solidaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les six publications les plus populaires sur Facebook contenant des liens vers Majeur.

Photo : Capture d'écran - Crowdtangle

Selon notre analyse, Québec solidaire est le principal canal de transmission de Majeur sur les réseaux sociaux, mis à part les comptes officiels du site.

Un article du 6 novembre relate par exemple que le gouvernement Legault a acheté des visières destinées au personnel de santé auprès d’entreprises étrangères plutôt que de faire affaire avec une entreprise québécoise. On présente ensuite une citation de Gabriel Nadeau-Dubois, tirée d’un statut Facebook du 4 novembre, qui critique cette décision. L’article est ensuite relayé sur le profil Facebook de Québec solidaire ainsi que sur celui de M. Nadeau-Dubois.

Des 20 publications les plus populaires sur Facebook contenant des liens vers le site, huit proviennent soit de la page Facebook de Québec solidaire ou de ses députés, notamment les co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé ainsi que la députée Catherine Dorion, selon ce qu'indique l’outil d’analyse des réseaux sociaux CrowdTangle.

M. Nadeau-Dubois assure que Majeur n’est qu’une source médiatique parmi tant d’autres relayées par l’équipe qui gère les réseaux sociaux du parti.

Il n’y a pas de coordination avec Majeur, il n’y en a pas non plus avec Ricochet, qui est un média alternatif et progressiste. J’ai fait partie de l’équipe qui a lancé Ricochet à l'époque, avant de faire de la politique. On partage parfois leurs articles. Vous ferez le calcul, je suis pas mal certain qu’on a partagé pas mal plus d’articles de La Presse et de Radio-Canada que de Majeur sur notre page Facebook, lance-t-il.

Depuis le 17 septembre, soit la date à laquelle les réseaux sociaux de Majeur ont commencé à relayer les articles du site, la page Facebook de Québec solidaire a partagé neuf liens vers Majeur, soit presque autant que vers La Presse (10) et Radio-Canada (12) et bien plus souvent que vers d’autres médias québécois comme Le Soleil (4), Le Devoir (2) et TVA Nouvelles (2). Toutefois, le média le plus partagé par la page Facebook du parti reste le Journal de Montréal et le Journal de Québec, avec 20 partages.

Précision : Une précédente version de cet article mentionnait que des proches de Québec solidaire gèrent le site d’actualité Majeur. Le titre et le début du texte ont été mis à jour pour éviter toute confusion.

Une précédente version de cet article identifiait Simon Tremblay-Pepin comme responsable du contenu sur les réseaux sociaux de Québec solidaire lors de la dernière campagne. Son titre était plutôt responsable du contenu.

Decrypteurs. Marie-Pier Élie, Jeff Yates, Nicholas De Rosa et Alexis De Lancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !