•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ancien site de l'usine Parmalat : un projet et plusieurs inquiétudes

Un terrain vague enneigé.

Le promoteur immobilier Edison Properties, nouveau propriétaire du site de l'ancienne usine laitière Parmalat située dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg, souhaite recueillir le point de vue des résidents et des entrepreneurs du secteur.

Photo : Radio-Canada / Megan Goddard

À quoi ressemblera l’ancien site de l’usine Parmalat, situé au 738 rue Saint-Joseph à Saint-Boniface? Le projet immobilier, mené par le nouveau propriétaire du site Edison Properties, a fait l'objet de consultations virtuelles. Parmi les principales préoccupations des résidents : la hauteur du projet et le respect du caractère historique du quartier.

J’étais extrêmement surprise de voir que les concepts proposent 13 étages! Pour moi, c’est excessif, cela boucherait la vue et le soleil, indique Janelle Delorme, résidente du nord de Saint-Boniface. Cette dernière vit près du 738 rue Saint-Joseph, là où se dressait l’ancienne usine rasée il y a près de deux ans.

Janelle Delorme n’a pas pu participer aux consultations virtuelles, mais a tout de même pris connaissance des plans proposés par Landmark Planning & Design, la firme chargée par le promoteur immobilier Edison Properties, le nouveau propriétaire du site, de mener ces consultations et le processus de planification.

Plan de coupe du projet.

Dans le premier concept, il s'agit d'un bâtiment avec deux ailes, dont une de 13 étages et l'autre de 10 étages.

Photo : Radio-Canada / Landmark Planning and Design

Au cours des rencontres avec le public, trois scénarios de construction ont été proposés. Chacun propose des formes de bâtiment et des hauteurs différentes.

Les 3 concepts

Plan 1

  • 1 bâtiment
  • 2 ailes
  • 216 unités
  • Une aile ouest avec 13 étages
  • Une aile est avec 10 étages
  • Un accès pour les véhicules des rues Vérendrye et Notre-Dame

Plan 2

  • 2 bâtiments en miroir
  • 8 étages
  • 224 unités

Plan 3

  • Un bâtiment en U avec différentes hauteurs
  • 8 étages sur la partie donnant sur la rue Saint-Joseph
  • 6 étages donnant sur la rue La Vérendrye
  • 4 étages donnant sur la rue Notre-Dame
  • 229 unités

Au cours des rencontres, certains résidents ont exprimé leur inquiétude quant à la construction d’un bâtiment de 13 étages. Selon eux, c’est un concept qui va trop haut si l’on tient compte des autres constructions dans le quartier.

Treize, ça n'existe nulle part ailleurs. C'est hors de question!, s'est exclamée Katharina Kettner, lors d'une consultation via zoom jeudi soir.

Plan de coupe du deuxième concept.

Dans le deuxième scénario, il y aura deux bâtiments de huit étages.

Photo : Radio-Canada / Landmark Planning and Design

Une autre résidente du quartier a aussi exprimé son désaccord sur ce point lors d'une première réunion plus tôt dans la journée.

Je ne pense pas que nous avons besoin d’une si haute densité , a appuyé Erika Kreis.

Walter Kleinschmit, vice-président de l'Association des résidents du Vieux Saint-Boniface, a pris part à cette deuxième ronde de consultations, commencée jeudi dernier. Selon lui, les participants des réunions de la semaine passée ont pour la plupart approuvé le projet le moins haut.

La forme en U qui était proposée, nous avons proposé qu’elle soit changée pour avoir 4 étages à côté des maisons sur la rue La Vérendrye et jusqu'à 6 étages si nécessaire, rue Saint-Joseph. On a essayé de proposer des raffinements pour protéger les voisins sur les deux rues résidentielles, ajoute-t-il.

L'ombre, le stationnement, le patrimoine

D'autres inquiétudes ont surgi au cours des consultations. Les participants ont fait part de leurs préoccupations concernant l'impact de la construction sur la circulation et le stationnement dans le quartier, notamment au mois de février lors du Festival du Voyageur.

Ils ont aussi demandé à ce que soit pris en compte l'impact du bâtiment sur la lumière et sur les fondations des maisons alentour.

Plan de coup concept numéro 3.

Dans le troisième scénario, il s'agit d'un bâtiment en forme de U avec plusieurs étages.

Photo : Radio-Canada / Landmark Planning and Design

L'effet cumulatif est de plus en plus important. Cette évaluation doit être faite, a réagi Greg Selinger, ancien premier ministre du Manitoba et résident de Saint-Boniface, qui a demandé à ce que les intérêts privés rejoignent ceux de la communauté.

Les planificateurs ont rassuré : tout ceci sera pris en compte et des études auront lieu.

Nous ne pouvons pas dire qu'il n'y aura pas de conséquences, mais nous allons essayer d'en faire le moins possible, a répondu Donovan Toews.

Plusieurs résidents craignent aussi que le promoteur ne respecte pas, dans le projet final, l'histoire et le patrimoine du quartier.

Ce projet ne respecte pas la forme existante du caractère du quartier, a tempêté Jeannine, l'une des résidentes dont la maison se trouve à quelques pas du site.

Ce point avait déjà été soulevé lors de la première consultation virtuelle de la journée. Donovan Toews a alors répondu que c’était un point qui allait être pris en compte.

C'est un site unique et une situation unique. Cela mérite une conception unique, a-t-il noté.

La question de l'embourgeoisement a aussi été soulevée. Claudette Toupin craint que la construction d'immeuble de ce type ait un trop fort impact sur la valeur de l'immobilier et que cela empêche certaines familles de pouvoir se loger à Saint-Boniface.

Tout reste à faire

Brendan Salakoh, planificateur principal à Landmark Planning & Design, affirme que l’entreprise prend en compte ces commentaires pour poursuivre le développement du site et faire des propositions au promoteur.

Rien n’est encore approuvé. Nous devons faire une demande de zonage et nous le ferons seulement après avoir travaillé pour répondre aux préoccupations de la communauté, précise-t-il.

Brendan Salakoh ajoute que la firme va procéder à des études de la circulation et du stationnement, entre autres, conformément aux règlements municipaux.

De nouvelles consultations en 2021

En fonction de ces multiples données, l’entreprise retiendra un concept. Il sera de nouveau partagé avec la communauté pour avoir des rétroactions.

Cette prochaine ronde de consultations est prévue au début de l’année 2021. Le promoteur immobilier pourra ensuite procéder à une demande de zonage. Ensuite, ce sera au conseil municipal d’émettre son avis.

Nous avons encore des devoirs, a conclu Donovan Toews à la fin des consultations.

Walter Kleinsmith affirme cependant que la vigilance reste de mise. Il se rappelle qu’il y a plusieurs dizaines d’années, il y a eu un précédent avec le même promoteur immobilier Edison Properties pour l’immeuble Chateau Guay, rue Goulet.

Je ne veux juger aujourd’hui ce qui a été fait par la génération précédente, tempère M. Kleinsmith, mais on surveille de près.

Avec les informations de Abdoulaye Cissoko et Chloé Dioré de Périgny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !