•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vigilance accrue pour la conduite avec les facultés affaiblies en Ontario

Des agents s'avancent vers des véhicules arrêtés à un barrage, en soirée.

L'opération RIDE vise à prévenir la conduite avec les facultés affaiblies en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) a lancé jeudi son opération annuelle de lutte contre la conduite avec les facultés affaiblies du temps des Fêtes.

Lors de sa campagne nommée RIDE, la PPO compte renforcer ses contrôles le long des routes pour tenter d’arrêter les conducteurs avec les facultés affaiblies.

La PPO prévoit des barrages routiers avec alcootests pour la période des Fêtes, jusqu'au 3 janvier.

Selon le communiqué de presse de la police, 21 800 dénonciations de conducteurs possiblement en train de conduire avec les facultés affaiblies ont été faites auprès de la PPO cette année.

La PPO demande par ailleurs aux citoyens de dénoncer toute suspicion de conduite avec les facultés affaiblies.

Une campagne nécessaire

Selon Peggy Meigs, porte-parole communautaire pour les mères contre l’alcool au volant (MADD), un groupe de sensibilisation sur l’enjeu, la campagne RIDE est un moyen essentiel pour mettre fin à la conduite avec les facultés affaiblies.

Des clés de voiture à côté d'un verre d'alcool.

L'organisme MADD rapporte une hausse du nombre de conducteurs avec les facultés affaiblies dans la région du Grand Sudbury.

Photo : iStock

Selon elle, ces campagnes rappellent que les policiers sont présents et qu’il est possible de se faire arrêter si on fait le choix de prendre le volant après avoir bu.

Alors que des organismes comme Opération Nez rouge et Safe Ride Home ont déjà annoncé qu’ils ne feront pas de raccompagnements cette année, les conducteurs désignés sont encore plus importants cette année selon Mme Meigs.

Elle ajoute cependant que les gens ne devraient pas faire la fête en grands groupes en raison de la pandémie.

La porte-parole de la PPO dans la région de Sudbury, Michelle Simard, affirme pour sa part que les Ontariens devront s’adapter à cette réalité différente cette année.

Il faut vraiment planifier, donc ça veut peut-être dire avoir un chauffeur désigné, ou encore planifier de coucher là, amène ton pyjama. Il y a aussi l’option de ne pas boire, ajoute-t-elle.

Une femme avec un uniforme.

Michelle Simard, qui est porte-parole pour la Police provinciale de l'Ontario, affirme que les Ontariens devront s'adapter à l'absence d'Opération Nez Rouge et de Safe Ride Home.

Photo : Radio-Canada

Mme Simard espère que les personnes qui vont participer à des fêtes vont rester prudentes. Les rassemblements du temps des Fêtes ne sont par ailleurs pas autorisés dans toutes les régions en raison des mesures sanitaires.

J’espère que les gens vont respecter les principes de distanciation sociale et qu’ils vont faire attention pour qu’on reste en santé comme le reste de l’année, plaide-t-elle.

Une augmentation malgré la pandémie

Selon Peggy Meigs, la conduite avec les facultés affaiblies serait en hausse cette année.

J’ai l’impression qu’il y a eu une augmentation du nombre de conducteurs avec les facultés affaiblies dans la région, explique-t-elle.

Elle ajoute que son organisme a dû redoubler d’efforts cette année pour tenter de faire passer leur message de toujours avoir un plan pour rentrer à la maison lorsqu'on consomme de l’alcool.

La Police provinciale de l’Ontario dans le secteur de Sudbury rapporte déjà une hausse de 7 % de ses arrestations en matière de conduite avec les facultés affaiblies en comparaison avec 2019.

C’est un constat qui fait écho jusqu’à Toronto, où la Police provinciale de l’Ontario rapporte elle aussi une hausse des infractions et du nombre de chefs d’accusation déposés.

Selon les chiffres de la police, pour l'ensemble de l'année 2019, 696 personnes ont été arrêtées dans le Grand Toronto par la PPO pour conduite avec les facultés affaiblies. Cette année, 605 ont été arrêtés en moins de 11 mois.

Un total de 960 chefs d’accusation ont été déposés envers ces conducteurs du Grand Toronto jusqu’à présent en 2020, comparativement à 922 en 2019.

Tendance générale à la baisse

Selon les plus récentes données compilées par Statistiques Canada, en 2015, la conduite en état d’ébriété est généralement en baisse au pays.

Statistiques Canada observe une baisse de 4 % entre 2014 et 2015 et une baisse de 65 % depuis 1986, la première année de compilation des données sur l’alcool au volant.

L’organisme rapporte un taux de conduite avec les facultés affaiblies de 201 personnes par 100 000 habitants au pays.

L’Ontario, le Québec et le Manitoba sont les trois provinces qui ont le plus bas taux de conduite avec les facultés affaiblies.

Statistiques Canada note que plus de la moitié des cas de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool sont rapportés entre 23 h et 4 h, mais que selon les données, cette fenêtre de temps est aussi celle autour de laquelle on observe une plus forte tendance à la baisse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !