•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix Grammy : des efforts d’inclusion... qui entraînent l’exclusion

Ignorer des artistes à succès dans les nominations reflète une méconnaissance des préférences musicales du public, selon des spécialistes.

Un homme, adossé au mur, regarde la caméra.

Le chanteur canadien The Weeknd s’en est pris publiquement aux Grammys à la suite du dévoilement de la liste des nominations au gala, dont il est complètement absent, à la surprise générale.

Photo : Courtesy of Instagram

Radio-Canada

Des spécialistes de la musique saluent les efforts d'inclusion de l’équipe organisatrice des prix Grammy, mais soulignent qu’ironiquement, ces efforts auraient plutôt encouragé l’exclusion de plusieurs artistes.

J'ai été un peu surpris par le peu d'albums de musiciennes et musiciens noirs dans la catégorie album de l'année, a déclaré Jeremy Helligar, journaliste au magazine Variety. Le prix rattaché à cette catégorie est le plus convoité, et parmi les huit noms figurant parmi les finalistes – Jacob Collier, HAIM, Dua Lipa, Post Malone, Taylor Swift, Black Pumas et Jhené Aiko –, seuls les deux derniers représentent des personnes noires ou biraciales.

Certes, l'hymne de Beyoncé à la fierté noire, Black Parade, a récolté neuf nominations, dont celle pour la chanson et le disque de l'année, ce qui fait d'elle la candidate la plus en vue de la soirée et la deuxième artiste à avoir le plus de nominations de l'histoire des prix Grammy.

Toutefois, certains albums très populaires ont été ignorés au profit d’autres qui sont pourtant largement passés sous le radar du grand public, notamment Everyday Life, de Coldplay.

Les musicophiles ont par ailleurs critiqué sur Twitter la Recording Academy, qui octroie les prix, pour avoir ignoré My Turn, de Lil Baby, et Please Excuse Me for Being Antisocial, de Roddy Ricch, deux albums double platine.

Beyonce porte un chandail jaune et un court short en jean.

Beyonce lors de son concert « Homecoming », au festival Coachella, en 2018

Photo : Getty Images / Kyle Grillot/AFP/Getty Images

La rappeuse Nicki Minaj a démontré son soutien à ces deux artistes peu après le dévoilement de la liste, rappelant aux fans qu'elle avait elle-même été écartée de la catégorie meilleur nouvel artiste en 2012.

C'est comme si l'industrie avait essayé de mettre de l’avant un groupe aussi diversifié que possible pour essayer de montrer qu'elle pense en dehors des sentiers battus, dit Jeremy Helligar. 

Elle rate certains choix évidents qui en valent vraiment la peine.

Jeremy Hellilgar

Les prix Grammy appelés à disparaître?

Rappelons que le chanteur canadien The Weeknd s’en est publiquement pris aux prix Grammy à la suite du dévoilement de la liste des nominations au gala, dont il est complètement absent, à la surprise générale.

Le musicien a connu une année exceptionnelle grâce à son album After Hours, sur lequel on trouve les énormes succès Blinding Lights et Heartless. Par ailleurs, il a dominé aux American Music Awards, remis dimanche dernier.

L'homme vêtu d'un veston rouge a le visage recouvert de compresses. Il tient un prix dans ses mains sur une scène.

L'artiste The Weeknd, acceptant un prix aux American Music Awards

Photo : Chris Pizzello

Cela n'a pas suffi à convaincre les comités de sélection qui décident des mises en nomination. 

Les prix Grammy demeurent corrompus, a lancé The Weeknd sur Twitter mardi soir. 

L’incompréhension concernant les prises de décision de l'Académie a aussi été évoquée par Justin Bieber, mardi. Le chanteur canadien a remercié l’organisation des prix Grammy d'avoir mis son album Changes dans la catégorie du meilleur album vocal pop, mais il s'est demandé pourquoi il avait été sélectionné dans cette catégorie.

« Changes est un album R'n'B », a-t-il écrit sur son compte Instagram.

Le fait de ne pas considérer l’album dans cette catégorie est étrange, si on tient compte des accords, des mélodies et du style vocal, en passant par les percussions. C'est indéniablement un album R'n'B! a ajouté Justin Bieber.

Selon le journaliste culturel Gary Suarez, le problème central est le fossé entre la façon dont l’organisation des prix Grammy classe la musique et la façon dont les gens écoutent cette musique.

Lorsque vous avez des artistes qui font des choses extraordinaires, mais que l'industrie ne leur fait pas de place en raison du cadre rigide des catégories, alors on doit se demander : à quoi sert l'industrie? Et : qui l’industrie sert-elle?

Gary Suarez

La journaliste musicale A. Harmony estime que les prix Grammy ont du mal à s’adapter. À son avis, il y aurait une sorte de règle non écrite qui dicte ce qui se qualifie comme de la vraie musique, et cette règle associerait davantage les personnes de couleur aux catégories de musique dite internationale plutôt qu’à la musique populaire.

Alors que les jurys continuent de s'éloigner de ce que les gens écoutent réellement, dit-elle, le public accorde moins d'attention aux personnes nommées aux prix Grammy.

C’est un peu comme si c’était les gens qui consomment de la musique qui dictaient maintenant ce qu'ils aiment et ce qu'ils veulet écouter, et ces gens sont beaucoup plus inclusifs que les prix Grammy, soutient-elle.

Si les prix Grammy n'apprennent pas les leçons qu'ils sont censés apprendre, ils disparaîtront.

A. Harmony

Renommer une catégorie n’est pas assez 

L'une des nombreuses tentatives récentes de l'Académie pour réduire le fossé avec le public a été de supprimer le mot urbain de la catégorie meilleur album contemporain urbain pour renommer cette dernière meilleur album de R'n'B progressif.

Le journalisme Jeremy Helligar avait notamment écrit dans Variety qu’il s’agissait d’une tentative de bonne foi visant à s'éloigner d'un terme qui regroupe par défaut les musiciennes et musiciens noirs, quel que soit le genre de leur musique.

Huit trophées ayant la forme d'un Gramophone sont placés sur une table.

Les trophées remis lors de la cérémonie des prix Grammy

Photo : afp via getty images / Don Emmert

Cette décision n'a pas eu l’effet escompté, dit-il, entre autres parce que la désignation urbaine est restée dans le nom des catégories de musique latine.

L’équipe organisatrice de la cérémonie avait également annoncé au début du mois de novembre avoir changé le nom de la catégorie « meilleur album de musique du monde » pour « meilleur album de musique mondiale » dans le but de retirer les « connotations colonialistes » du titre. 

C'est l'année où l'Académie aurait vraiment pu déclarer son soutien à la musique noire et ce n’est pas le cas, soutient Helligar.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !