•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de personnel force le CIUSSS MCQ à prendre des mesures exceptionnelles

Des travailleurs de la santé, portant un masque, vus à travers une fenêtre de l'urgence du CHAUR de Trois-Rivières.

Le CHAUR de Trois-Rivières est l'un des hôpitaux choisis par Québec pour accueillir les personnes atteintes de la COVID-19 qui ont besoin de soins médicaux.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Le manque d’effectifs a amené les autorités régionales de la santé à utiliser un arrêté ministériel adopté par le gouvernement Legault pour implanter des solutions.

Le manque de personnel est tel que le site de soins de l'École nationale de police du Québec (ENPQ), à Nicolet, peut accueillir seulement 32 patients, alors qu'il y a suffisamment d'espace pour 101 personnes.

Cet hébergement alternatif doit permettre de sortir de leurs milieux les gens atteints de la COVID-19 qui vivent dans des ressources pour personnes âgées privées, ressources intermédiaires ou des ressources de type familial.

L’objectif est d’éviter la contamination des gens qui habitent dans le même établissement qu’eux.

Notre enjeu majeur, c’est au niveau de la pénurie de personnel, donc malheureusement, il y a des situations qui nous ont amené à utiliser l’arrêté ministériel, a déclaré jeudi la directrice de la Santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec, Marie-Josée Godi. 

L’arrêté ministériel fait en sorte que certaines dispositions des conventions collectives du personnel en santé sont modifiées.

Les autorités de la santé ont notamment dû avoir recours à l'arrêté ministériel pour forcer le travail à temps complet des équipes en soins à domicile. Ces équipes sont responsables de soutenir les résidences privées pour aînés en plus de faire du dépistage.

La Santé publique a aussi rouvert l’unité de débordement des patients atteints de la COVID-19 à l’hôpital de Drummondville, parce que le centre désigné pour les patients infectés au Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) est à peine capacité.

Aucune fermeture de lits ou de services n’est envisagée, à ce point-ci.

Le CIUSSS MCQ lance un appel aux volontaires pour venir soutenir le réseau de la santé. De plus, unecampagne de recrutement a été lancée dans le but d'embaucher une centaine d'aides de service.

Le syndicat réclame plus de mesures

Le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec croit que l'employeur doit faire des choix maintenant pour éviter la catastrophe en janvier.

La nouvelle présidente du syndicat, Jacinthe Bruneau, propose notamment de confier le dépistage aux ambulanciers ou à d'autres professionnels.

Elle reconnaît que le délestage est un choix difficile mais constate que les équipes ne suffisent pas à la tâche.

On essaie toujours d’offrir le maximum des services à la population, mais je pense que si on veut réussir à traverser la période des Fêtes, il y a des mesures qui devraient être prises maintenant, affirme Mme Bruneau.

Jeudi, le nombre de cas actifs dans la région était de 676. Il y avait 44 personnes hospitalisées, dont cinq aux soins intensifs.

Avec des informations d’Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !