•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rassemblements à Noël peu probables si rien ne change, croit Donald Aubin

Donald Aubin parle aux médias.

Le Dr Donald Aubin

Photo : Radio-Canada

Sans présumer des décisions qui seront prises au niveau national, le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, croit que si le nombre de cas de COVID-19 demeure stable au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il sera « très peu probable » de pouvoir tenir des rassemblements à Noël.

C'est ce qu'il a affirmé lors d'une entrevue réalisée lors de l'émission Place publique.

La courbe du Saguenay-Lac-Saint-Jean est repartie à la hausse jeudi, avec un ajout de 211 nouveaux cas. La région demeure toujours au premier rang canadien pour le nombre de nouveaux cas pour les 14 derniers jours.

C'est sûr que si on était aujourd'hui, ce serait très serré, parce que là on verrait que le risque serait très, très grand. Donc, là il y aurait de sérieuses discussions. Ce serait discuté avec le central, car je ne voudrais pas faire d'annonce. Mais c'est sûr que comme on est là aujourd'hui, ça serait quand même peu probable. Il faudrait voir avec le central ce qu'on pourrait réussir à obtenir pour au moins avoir un peu Noël, a espéré le Dr Aubin.

Selon lui, il faudrait que la situation revienne à un niveau plus bas au moins une semaine avant Noël. Il est crucial également pour le directeur de la santé publique de pouvoir accorder du répit au personnel soignant.

Rappelons que le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé récemment qu'il serait possible de tenir des rassemblements de 10 personnes les 24, 25, 26 et 27 décembre. Il a ajouté depuis qu'il faudrait se limiter à deux rassemblements et que pour pouvoir y prendre part, il faudrait s'être confiné au moins sept jours avant. Lors de son point de presse quotidien, François Legault s'est donné une marge de manœuvre, en disant qu'il pourrait changer de position d'ici les Fêtes.

Un manque de personnel pour les soins intensifs

Donald Aubin est aussi revenu sur la baisse du nombre de lits de soins intensifs dans la région, qui est maintenant de seulement six. Il a précisé qu’une entente existe avec Québec pour assumer cette charge. D’ailleurs, un second patient y a été transféré mercredi soir.

Le nombre de lits, ça requiert beaucoup de personnel aux soins intensifs. Étant donné qu’il y a beaucoup de charge actuellement pour notre personnel infirmier et qu’on a voulu répartir notre personnel autrement et qu’il y avait des gens des soins intensifs qui étaient eux-mêmes touchés, on est allé avec une diminution de capacité. De façon temporaire, on a réduit notre nombre de lits de soins intensifs pour la COVID pour être capable de s’en garder pour d’autres conditions et on a demandé la collaboration de la région de Québec pour nous offrir des lits pour les soins intensifs, a-t-il indiqué.

L'hôpital de Jonquière

L'hôpital de Jonquière comporte désormais une zone chaude pour les patients atteints de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Des solutions envisagées pour les lits réguliers

Pour l’instant, le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte 75 lits réguliers pour la COVID. Si les hospitalisations devaient continuer à augmenter, des ententes avec Québec pourraient aussi être évaluées s’il n’est pas possible d’ajouter des lits dans la région. Selon le bilan régional publié jeudi, il y a présentement 68 personnes hospitalisées au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont 5 aux soins intensifs.

C’est sûr que tranquillement la marge de manœuvre s’atténue, ça c’est clair. Il y a toujours un nombre de lits maximal qu’on peut offrir pour les gens qui ont la COVID, mais aussi ça nous prend du personnel. Donc, pour le moment, ça va, mais si on avait trop de gens éventuellement, il faudrait penser à d’autres solutions. Comme on a fait avec le nombre de lits aux soins intensifs, il a fallu en envoyer à Québec. On verra s’il n’y a pas d’autres solutions à l’interne, on verra s’il y a des solutions du type Québec, a envisagé le Dr Aubin.

Il a rappelé que ces décisions sont prises au niveau du Centre d'optimisation d'occupation de lits de soins intensifs (COOLSI). Il s'agit de l'équipe de coordination des lits de soins intensifs du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !