•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Condo à louer : fausse annonce, vraie victime

Les citoyens doivent être plus vigilants que jamais pour déjouer les arnaqueurs qui frappent fort en cette période de pandémie. Une jeune mère en sait quelque chose : elle est tombée dans leur piège en cherchant un appartement dans la région de Gatineau.

Des doigts balaient la surface d'une tablette où on aperçoit une photo de la salle à manger d'un condo à louer.

Joëlle Bellemare Foucault cherche un condo sur le site de location DuProprio.

Photo : Radio-Canada / Laurent Racine

Trois générations de femmes vivent sous le même toit : Joëlle Bellemare Foucault, sa mère et sa fille. La situation est temporaire : Joëlle cherche activement un appartement pour y élever sa fille.

Le printemps dernier, elle voit un condo à louer affiché sur DuProprio. Beau et pas très cher. La propriétaire prétend se nommer Mia Labelle et vivre à l’étranger.

Elle m'expliquait que son fils devait descendre de loin, puis que ça faisait deux ou trois fois que son fils se déplaçait pour rien [...] donc elle demandait un dépôt de sécurité.

Joëlle Bellemare Foucault

Une arnaque bien rodée

La propriétaire lui réclame 780 $, un mois de loyer, par virement Interac. Pour que la propriétaire puisse l’encaisser, Joëlle devra révéler la réponse à une question de sécurité à son fils après la visite, lors de la signature du bail.

Mais la propriétaire affirme n'avoir pas eu la confirmation du virement et demande à Joëlle de consulter ses courriels. Cette dernière a effectivement reçu un courriel qui paraît être d’Interac. En fait, il est frauduleux, tout comme le lien qui amène Joëlle à confirmer son virement.

Sans le savoir, elle dévoile alors à la fraudeuse la réponse à sa question de sécurité.

Quand l'argent a été accepté avant même que j'aie rencontré son fils, j'ai compris que c'était fort probablement une arnaque.

Joëlle Bellemare Foucault
Joëlle Bellemare Foucault et sa fille dans un parc de Gatineau.

Joëlle Bellemare Foucault, victime d'une arnaque sur le site de location DuProprio.

Photo : Radio-Canada / Pierre Legault

Encouragée par des collègues qui lui disent que le site de DuProprio est sécuritaire, elle se présente pour la visite du condo, mais impossible de le trouver, car l’annonce ne mentionne qu’une adresse générale.

En cherchant sur le web, elle découvre que le même condo est à vendre sur le site de Remax. Évidemment, le fils de la propriétaire ne viendra jamais. C’est bel et bien une arnaque.

Pour Cyril Paciullo, spécialiste en informatique numérique, il n’y a pas de doute, les fraudeurs sont aguerris.

Les arnaqueurs, clairement, n’en sont pas à leur première arnaque. Ils ont utilisé un système d'email anonyme. Ce système d'email est complètement encrypté, complètement protégé.

Cyril Paciullo, spécialiste en informatique numérique
Cyril Paciullo nous explique le stratagème qu'ont utilisé les fraudeurs pour leurrer leur victime.

Cyril Paciullo est spécialiste en informatique numérique.

Photo : Radio-Canada / Martin Brunette

Les fraudeurs, explique-t-il, ont utilisé un serveur public qui héberge de nombreux sites frauduleux dans différentes langues.

C'était sur un hébergeur gratuit et l'arnaqueur n’a même pas essayé de cacher le fait que le site était un site public qui n'était pas Interac.

Joëlle se reproche sa naïveté, mais elle affirme que c'était une histoire qui était très bien rodée.

DuProprio : aucune vérification

La courtière immobilière Sophie Duquette, chargée de vendre ce condo, est choquée qu’on lui ait volé ses photos pour frauder Joëlle et d’autres personnes.

Ça a créé un stress à cette jeune fille-là. Moi aussi, ça a été pendant trois, quatre jours des téléphones, des emails.

La courtière immobilière Sophie Duquette
Sophie Duquette est devant le condo qu'elle avait à vendre à Gatineau.  Les photos de ce condo ont été subtilisées et utilisées sur le site de location DuProprio.

Sophie Duquette est courtière immobilière pour la bannière Remax.

Photo : Radio-Canada / Laurent Racine

Joëlle porte plainte à la police de Gatineau, qui ouvre une enquête pour tenter d’identifier le fraudeur.

La jeune femme aussi veut absolument le retrouver. Pour y parvenir, elle poursuit les échanges avec la fausse propriétaire. Cette dernière lui fixe un nouveau rendez-vous et lui réclame entre-temps 500 $ de plus pour les charges de copropriété.

Joëlle trouve des prétextes pour la faire patienter.

Le Centre antifraude du Canada connaît bien la fraude liée à la location d’un logement. En 2019, il a reçu 691 signalements. D’ici la fin de l’année, il s’attend à recevoir 1000 signalements.

Les arnaqueurs, selon le Centre, profitent de la pandémie pour cibler les gens qui sont plus isolés et anxieux.

Joëlle avise DuProprio de sa mésaventure. Sa déception quant aux mesures de sécurité de la bannière est grande. Elle s'attendait à ce que l’entreprise s’informe au sujet des gens qui offrent leur appartement en location sur son site.

Un point de vue partagé par Sophie Duquette. DuProprio devrait faire des vérifications, selon elle, pour chaque client, que ce soit une location ou une vente.

Elle précise qu’il est essentiel d’obtenir du propriétaire une pièce d'identité avec photo, de consulter les registres fonciers et d’identifier la propriété.

La directrice des affaires juridiques chez DuProprio, Elise Saint-Jacques, explique :

Le site de location de DuProprio est un service gratuit [...] sans volet de vérification. Ça répond à un besoin du consommateur. La plupart des gens n'ont pas envie de payer pour afficher une propriété à louer.

Elise Saint-Jacques, directrice, Affaires juridiques, DuProprio
Elise Saint-Jacques est assise sur un banc au square Victoria.

Elise Saint-Jacques est directrice, Affaires juridiques chez DuProprio.

Photo : Radio-Canada / Pierre Legault

Elle mentionne que c’est l'utilisateur qui télécharge ses photos, rédige son annonce et affiche ses coordonnées. L’annonce est ensuite mise en ligne sans que DuProprio ait de contact avec l'utilisateur.

Les annonces frauduleuses sont très rares, affirme-t-elle, et celle-ci a été retirée en moins de 48 heures.

Toutefois, elle reconnaît que DuProprio peut faire mieux sur son site de location pour mettre les clients en garde contre les fraudes.

Mais elle ajoute que les clients, de leur côté, doivent être plus vigilants.

C'est la raison pour laquelle on rend encore plus apparent l'avis de sécurité pour rappeler à tout le monde de ne jamais faire de paiements avant d'avoir visité la propriété et d'avoir rencontré le locateur en personne.

Elise Saint-Jacques, directrice, Affaires juridiques, DuProprio

Hameçonnage provenant de l’étranger

Quant à l’argent de Joëlle, où est-il passé? Interac nous a demandé de communiquer avec à la Banque Nationale, qui nous a précisé que le virement avait été encaissé au Canada, sans donner de détails.

Mais la police de Gatineau a dévoilé récemment à la jeune femme que son virement avait été encaissé à Toronto et avait transité par différentes banques. Sa destination finale : l’Afrique.

Joëlle n’a finalement pas réussi à retrouver la fausse propriétaire.

Après plusieurs échanges avec elle, cette dernière a cessé de lui écrire. Mais une chose est claire : Joëlle a été victime d’hameçonnage et c’est pour cela que sa banque a accepté de la rembourser.

Le spécialiste Cyril Paciullo a un message pour les consommateurs : ne jamais cliquer sur un lien qui se trouve dans le courriel d’une banque, d’une compagnie ou d’un ami.

Les gens doivent ouvrir leur navigateur et aller eux-mêmes sur le site de leur banque pour effectuer un transfert.

Cyril Paciullo, spécialiste en informatique numérique

Joëlle aurait voulu être mieux protégée par DuProprio, mais elle admet qu’elle a baissé la garde, trop heureuse d’avoir enfin trouvé un bel endroit pour sa fille et elle.

Après cette mésaventure printanière, elle a finalement emménagé dans un appartement à Gatineau, bien situé et baigné de lumière.

Le reportage de la journaliste Esther Normand et du réalisateur Pierre Legault sera diffusé à La facture le mardi 1er décembre à 19 h 30 sur ICI TÉLÉ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !