•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je n’ai jamais ignoré les recommandations de la santé publique », dit Justin Trudeau

Justin Trudeau parle sous un ciel bleu.

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, affirme suivre les recommandations de ses experts en santé publique.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, affirme ne jamais avoir ignoré ou remis en cause les recommandations des autorités de santé publique fédérales. Il réagissait aux révélations selon lesquelles le gouvernement albertain a ignoré celles de sa propre médecin hygiéniste en chef à plusieurs reprises.

Certainement, il y a des conversations régulières avec [l’administratrice en chef de la santé publique canadienne], la Dre Tam, sur la meilleure manière d’aller de l’avant. Il y a la science et l’art de gouverner. Combiner les deux est parfois complexe, nuance toutefois Justin Trudeau, qui était au micro de CBC jeudi matin.

En tant que gouvernement, nous avons toujours tenté de placer les avis scientifiques au sommet des facteurs décisionnels, a-t-il ajouté.

Je crois que nous avons démontré de manière constante notre respect pour la science.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

La leader néo-démocrate albertaine, Rachel Notley, affirme elle aussi comprendre que le gouvernement doit prendre en considération plusieurs facteurs autres que la santé publique dans ses décisions, mais elle croit qu’il doit être plus transparent à cet égard.

À plusieurs reprises, [le ministre de la Santé] Tyler Shandro et [le premier ministre] Jason Kenney ont menti aux Albertains à propos de ce qui guidait leurs décisions. Ils mettent leur vie et leurs moyens de subsistance en danger, a-t-elle dénoncé.

Rendre des comptes au coeur du débat

Rachel Notley croit que tous les deux se sont trop trop souvent cachés derrière la médecin hygiéniste en chef de l'Albertai, Deena Hinshaw, lui faisant porter la responsabilité des décisions prises, bien qu’ils n'aient pas toujours suivi ses recommandations.

Ils ne donnent pas toute l’information dont la population a besoin pour ce qui est de leur responsabilité. C’est un échec de notre démocratie et un manque de leadership de la part de notre ministre de la Santé et du premier ministre, ajoute-t-elle.

Le politologue Frédéric Boily, du Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, ne voit pas nécessairement d’ingérence politique dans les actions du gouvernement de Jason Kenney, mais il s’attend à ce que celui-ci ait à justifier pourquoi il ne suit pas toutes les recommandations de la Dre Deena Hinshaw.

Il y a un risque politique de prendre certaines recommandations qui font l’affaire du gouvernement et de ne pas en suivre d’autres.

Frédéric Boily, politologue au Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta

Le dévoilement des recommandations de Deena Hinshaw serait utile aux électeurs lorsqu’on fera l’examen post-pandémie, croit-il.

Le Nouveau Parti démocratique a appelé le gouvernement albertain à dévoiler les recommandations qui lui ont été faites par Deena Hinshaw, une demande qui lui a été refusée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !