•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas soupçonné de COVID-19 dans la Péninsule acadienne cause des annulations

Une femme âgée en chaise roulante, au loin, vue de dos.

Des résidences pour personnes âgées de la région resserrent leurs règles.

Photo : Associated Press / Jean-Francois Badias

Dans la Péninsule acadienne, plusieurs activités sont remises, ces jours-ci, en raison de rumeurs de cas de COVID-19 dans la région.

La médecin hygiéniste en chef Jennifer Russell n'a pas confirmé la présence du virus dans la Péninsule acadienne, jeudi. La Santé publique fait seulement état de deux cas dans la zone 6, qui comprend la Péninsule acadienne et la grande région de Bathurst. Il y a actuellement 105 cas actifs dans la province.

Des résidences pour personnes âgées un peu partout dans la région resserrent leurs règles ou interdisent carrément les visites.

Le plus gros foyer de soins de la région, les Résidences MGR Chiasson, à Shippagan, qui compte 85 lits, interdit temporairement toutes les visites.

La main d'une infirmière posée sur la main d'une personne âgée pour l'aider à tenir la poignée de sa marchette.

La main d'une infirmière posée sur la main d'une personne âgée pour l'aider à tenir la poignée de sa marchette

Photo : Reuters / Christian Hartmann

La directrice générale du foyer, Anne-Marie Richardson-Chiasson, indique qu'elle a demandé conseil auprès de l'Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick et de l'agent de liaison du ministère du Développement social.

C'était après avoir entendu les rumeurs au sujet d'un cas dans la région, dit-elle. Nous avons contacté les familles et interdit toutes visites, le temps de vérifier si nos employés auraient pu être en contact avec le cas positif. On a fait des rappels de consignes auprès des employés qui ont des proches qui travaillent à l'extérieur de la province. On veut connaître les plans d'isolement de ces travailleurs.

Bingo annulé

Mercredi soir, le bingo a été annulé au club des Chevaliers de Colomb de Shippagan. Le président du club, Rhéal Mallet, est lui aussi bien conscient du bruit qui circule.

Disons qu'on avait eu des rumeurs qu'il y avait un cas pas loin.

Rhéal Mallet, président du club des Chevaliers de Colomb de Shippagan
Bingo

On a décidé d'annuler le bingo. C'est certain que plusieurs ont dû être déçus. C'est une activité qui avait lieu deux fois par semaine. Il faut prendre des décisions des fois même si ces décisions ne sont pas trop intéressantes. C'est pour la sécurité des gens, dit-il.

Même le champ de tir de l'association Chasse et pêche de l'île Lamèque vient d'annoncer qu'il met fin à ses activités en raison de la COVID-19.

Souper de Noël controversé

La municipalité de Shippagan doit tenir son souper de Noël dans un restaurant de la région, mais le conseiller municipal Rémi Hébert fait part publiquement de son désaccord.

Il a suggéré aux autres membres du conseil d'annuler ce repas, auquel pourrait prendre part une cinquantaine de personnes, dont une trentaine de pompiers.

Rémi Hébert

Rémi Hébert, conseiller municipal de Shippagan

Photo : ICI Radio-Canada/François Vigneault

C'est une situation embêtante. Si seulement une personne présente au souper était atteinte et contaminait le reste du groupe, cela paralyserait l'appareil municipal au complet. Pour les pompiers, par exemple, c'est difficile de prendre le risque puisqu'ils devraient tous être en quarantaine pour quatorze jours. C'est la sécurité publique qui serait menacée, insiste-t-il.

La Péninsule acadienne a été jusqu'ici largement épargnée par la pandémie de la COVID-19.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !