•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autochtones : entente sur la pêche potentiellement « historique » en Nouvelle-Écosse

Des bateaux de pêche à quai, la plupart ayant hissé un drapeau d'une Nation autochtone.

Des bateaux de pêche de la Première Nation de Sipekne'katik le 20 septembre 2020 à Saulnierville, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Mark O'Neill

La Presse canadienne

Un projet d'accord sur une pêche pour une subsistance convenable pourrait marquer une révolution dans la reconnaissance des droits autochtones issus de traités, a déclaré dimanche le chef d'une Première Nation en Nouvelle-Écosse.

Mike Sack, le chef de la Première Nation de Sipekne'katik, dit être train d'examiner une ébauche de protocole d'entente qu'il a reçue du cabinet de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan, vendredi soir.

Il affirme que l’entente permettrait à la communauté micmaque de vendre légalement ses prises.

C'est très important [...] Cela peut aider à sortir notre peuple de la pauvreté.

Mike Sack, chef de Sipekne'katik

Les avocats de la communauté examinent l'accord et clarifient quelques points pour s'assurer que rien ne porte atteinte aux droits issus de traités des générations futures, a précisé M. Sack.

Mais le chef a déclaré qu'il aimerait que l'accord soit mené à bien dès que possible, notant que ces deux derniers mois nous ont semblé être une vie entière.

Après avoir lancé une pêche de subsistance dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, en septembre, des pêcheurs autochtones ont déploré des actes allégués d’intimidation et de vandalisme, certains ayant mené au dépôt d’accusations criminelles.

D'importantes manifestations ont eu lieu en mer et sur la terre ferme. Le bateau d'un pêcheur autochtone a été détruit par un incendie à Comeauville. Un pêcheur micmac a témoigné d'une foule en colère qui a incendié son véhicule. Un vivier à homards, à Pubnico-Ouest-le-Centre, a aussi été détruit par un incendie suspect. Quatre personnes sont accusées de voies de fait ou d'incendie criminel dans la région.

Les attaques ont été largement condamnées et ont suscité des appels à clarifier les droits de pêche issus de traités.

Mike Sack filmé par son téléphone cellulaire dans son véhicule sur le bord de l'eau.

Mike Sack, chef de la Première Nation de Sipekne'katik, en entrevue par téléphone le 25 novembre 2020.

Photo : Radio-Canada

M. Sack indique que cet accord permettrait de tenir compte de la reconnaissance par la Cour suprême du Canada des droits issus de traités autochtones dans sa décision de l'affaire Marshall en 1999.

L'arrêt confirmait que les communautés micmaques (mi’kmaq), malécites (wolastoqiyik) et passamaquoddy de l'est du Canada pouvaient chasser, pêcher et se rassembler pour gagner un moyen de subsistance convenable. Le tribunal avait plus tard précisé que le gouvernement fédéral pouvait réglementer la pêche à des fins de conservation et à d'autres fins limitées.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.