•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus appellent à la prudence à l'approche du temps des fêtes

Un sapin de Noël décoré sur la Côte-Nord

Les déplacements interrégionaux sont autorisés durant la période des fêtes.

Photo : Radio-Canada

Des élus de la Côte-Nord témoignent de leur inquiétude face au risque de propagation de la COVID-19 dans la région lors du temps des fêtes. Ils croient que le respect des mesures sanitaires de base demeure le meilleur moyen d’éviter une explosion des cas.

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, est favorable aux déplacements entre les régions et aux rassemblements limités durant le temps des Fêtes, tout en reconnaissant le risque qu'ils impliquent.

Même si ceux-ci étaient interdits, M. Porlier pense que des rassemblements auraient tout de même lieu. Il estime qu'encadrer ces périodes de réjouissances par des règles sanitaires strictes est un compromis raisonnable.

Je crois que la période des fêtes de 2020 sera beaucoup moins active au niveau des déplacements [que les autres années], c'est mon opinion, mon impression. Mais je pense qu'il y en aura tout de même. L'idée, ce n'est pas nécessairement qu'il n'y en ait pas, c'est comment seront nos comportements durant le temps des fêtes, juge le maire de Sept-Îles.

Le maire de Sept-Îles devant une grande carte de sa ville et des drapeaux.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Réjean Porlier craint davantage que le virus se propage sur la Côte-Nord en raison de résidents revenant de l'extérieur.

Selon ses observations, les visiteurs provenant d'autres régions font généralement preuve de prudence dans leurs interactions avec les résidents locaux.

Ce qui m'inquiète le plus, c'est nos propres gens à nous, lorsqu'ils vont dans une zone rouge, ou à un endroit où le virus se propage et qu'ils reviennent. Là, on se méfie moins. Quand il y a des étrangers qui arrivent dans notre environnement, on ne leur saute pas dans les bras, on s'attend à ce qu'ils aient des couvre-visages dans les endroits publics, on prend nos précautions, observe M. Porlier.

Inquiétudes dans Manicouagan

Le préfet de la MRC de Manicouagan Marcel Furlong se dit inquiet qu'il n'y ait pas de barrages routiers contraignants aux entrées de la Côte-Nord à l'approche des fêtes.

Un peu plus tôt cet automne, les préfets de la Côte-Nord ont envoyé une lettre au gouvernement du Québec pour demander de ramener les barrages routiers dans la région.

Michel Furlong indique toutefois qu'il se plie à la décision du gouvernement Legault.

C'est une décision des gens qui ont à prendre les décisions. Si M. Legault et le gouvernement du Québec décident que ce n'est pas applicable, bien, il faut s’y plier, se résigne M. Furlong.

Marcel Furlong.

Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Selon le préfet de la MRC de la Manicouagan, ce n'est pas juste les gens qui proviennent de l'extérieur de la région qui peuvent transmettre le virus à la population, mais également les Nord-Côtiers entre eux lors de rassemblements.

Il ajoute que le risque de propagation reste tout de même encore minime dans la région.

Le retour des étudiants

Des propos similaires sont tenus plus à l’est, en Minganie. Le préfet de la MRC, Luc Noël, craint une augmentation des cas de COVID-19 dans sa région après les déplacements et les rassemblements du temps des Fêtes.

Le retour de jeunes dans la région qui étudient à l'extérieur de la Côte-Nord, notamment, est un risque avec lequel doit composer la population.

Nos jeunes vont revenir des écoles, de l'université ou du cégep, ils vont revenir en région. C'est toutes des choses qui nous inquiètent un peu, on espère tout le monde qu'on fasse attention pour ne pas avoir le virus, indique le préfet.

Luc Noël accorde une entrevue dans son bureau.

Le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Luc Noël croit toutefois que gouvernement ne peut pas plaire à tout le monde avec les mesures imposées. Il indique lui aussi croire que le respect des règles sanitaires de base est la meilleure défense contre la propagation du virus.

De nouveau en télétravail

Devant la recrudescence des cas de COVID-19 et la transmission communautaire sur la Côte-Nord, la MRC de Minganie a décidé de remettre ses employés en télétravail comme c'était le cas lors de la première vague de la pandémie.

Les employés travailleront à distance à partir du vendredi 27 novembre jusqu'au 11 janvier. L'exercice pourra être prolongé si la MRC juge la mesure nécessaire en début d'année prochaine.

La MRC a également décidé que son centre aquatique, situé à Havre-Saint-Pierre, fermerait ses portes à partir du 13 décembre et jusqu'à la fin de la période des fêtes pour minimiser les risques d'éclosions en Minganie.

Avec la collaboration de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !