•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CALACS de l’Estrie invite les femmes à témoigner

Une femme, la tête dans les mains.

La campagne des 12 jours d'action contre les violences faites aux femmes a commencé mercredi. Dans le cadre de cette initiative, le CALACS de l'Estrie invite les femmes à témoigner.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La campagne annuelle des 12 jours d'action contre les violences faites aux femmes du Québec a commencé mercredi.

Dans le cadre de cette initiative, le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) Agression Estrie a lancé une campagne sur Facebook pour partager les témoignages de femmes qui ont vécu de la violence et diverses formes d’oppression.

Pour l'intervenante sociale au CALACS, Laurence Morin, ces partages sont un premier pas pour contrer ce genre de violences.

On leur offre la possibilité de témoigner. [...] Si on veut éliminer les violences faites aux femmes, si on veut avoir une société moins discriminatoire, il faut commencer par les écouter et comprendre, ou du moins prendre conscience de leur vécu et de leur réalité.

Laurence Morin, intervenante sociale au CALACS Agression Estrie

Ensuite, on va pouvoir avoir des moyens mieux adaptés, et revendiquer des pistes de solutions et d’actions auprès des gouvernements, ajoute-t-elle.

L'intervenante sociale indique qu’avec cette campagne, l’organisme a particulièrement tenté de cibler les groupes de femmes plus marginalisées, dont les femmes aînées, autochtones, en situation de pauvreté ou de handicap physique.

Des violences accrues en temps de pandémie

Pour Mme Morin, l’initiative tombe particulièrement à point cette année, puisque selon elle les violences contre les femmes ont été exacerbées par la pandémie.

C’est sûr que l’isolement des femmes est augmenté, donc il y a moins d’accès aux services d’aide, et moins d’accès aux proches qui peuvent être soutenants face aux difficultés pour les personnes qui ont vécu des violences sexuelles, explique-t-elle.

On peut observer des défis de santé mentale qui sont accrus — par exemple de l’anxiété, de la dépression. Les personnes qui en vivaient déjà, souvent ça va s’empirer, et celles qui n’en vivaient pas, ça va apparaître.

Les 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes du Québec commencent chaque année le 25 novembre, en même temps que la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes de l’ONU. Ils se terminent le 6 décembre, en l’honneur des 14 jeunes femmes assassinées le même jour en 1989 à l’École Polytechnique de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !