•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois arrestations liées à une fraude qui exploitait de nouveaux arrivants

La fraude serait estimée à près d’un million de dollars.

Une main tenant une liasse de  billets de 100 $

Les suspects s'associaient à des agences de placement de personnel, mais tout indique qu'ils falsifiaient des documents à l'insu de leurs victimes.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Deux hommes de Montréal et un autre de Repentigny ont été arrêtés mercredi matin relativement à un stratagème qui exploitait de nouveaux arrivants à la recherche de travail.

Fadi Khoury, 55 ans, et Mohammed Laihem, 51 ans, de Montréal, ainsi que Jean-François Cantin, un homme de 44 ans de Repentigny, s'associaient à des agences de placement de personnel, mais tout indique qu'ils falsifiaient des documents à l'insu de leurs victimes, selon ce que révèle une longue enquête impliquant la Sûreté du Québec (SQ) et plusieurs ministères.

Le stratagème aurait aussi privé le gouvernement de revenus, avec des sommes perçues auprès des employés, mais non remises dans les coffres de l'État. La fraude serait estimée à près d'un million de dollars au total.

Dans un communiqué publié tard en soirée, la SQ précise que les trois hommes ont été arrêtés mercredi matin. Ces derniers ont été libérés, sous plusieurs conditions, en attendant leur comparution à une date ultérieure au palais de justice de Montréal en lien avec de la fraude, de la fabrication de faux, d'emploi de documents contrefaits et de complot.

L'enquête de la Division des enquêtes sur la criminalité financière organisée a débuté en 2015, en collaboration avec Revenu Québec, le ministère de l'Emploi, du Travail et de la Solidarité sociale et la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.