•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des taux élevés de plomb dans l'eau de certaines écoles de la Matanie et de la Matapédia

Gros plan sur deux fontaines d'eau.

À certains points d’eau, les élèves doivent désormais laisser couler l’eau avant de la consommer.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Le Centre de services scolaire des Monts-et-Marées a vérifié le taux de plomb de tous les points d’eau de ses bâtiments situés en Matanie et dans la Matapédia. Environ le tiers, soit 118 points d'eau, dépassaient les normes.

Un total de 309 points d’eau ont été analysés dans 35 bâtiments et écoles primaires.

L’organisation précise que, dans la plupart des cas, le problème peut être réglé en laissant couler l'eau plus de 30 secondes et assure que tous les éviers ou fontaines d'eau problématiques seront changés bientôt.

Cependant, 19 points d'eau ont été fermés parce qu'ils présentent des problèmes plus importants qui nécessiteront des investigations approfondies pour trouver la source du problème.

Répartition des 19 points d'eau les plus problématiques

  • École de Saint-Vianney : 7
  • École Saint‐Tharcisius : 4
  • École Victor-Côté : 3
  • École Saint-René-Goupil : 2
  • École Monseigneur-Belzile : 1
  • École Zénon-Soucy : 1
  • École Val-Brillant : 1

Le directeur général du Centre de services scolaire des Monts-et-Marées, Alexandre Marion, tient à rassurer les parents et ses employés.

Lorsqu’on a appris qu’il y avait un problème dans plusieurs écoles du Québec, le défit était d’identifier les risques sur notre territoire dans nos établissements. Ce processus-là est fait, affirme-t-il.

Tous les points d’eau ont été évalués plus que moins. Les petites anomalies sont corrigées.

Alexandre Marion, directeur général du Centre de services scolaires des Monts-et-Marées
Un enfant buvant à une fontaine.

Un enfant utilisant une fontaine.

Photo : Radio-Canada

Le directeur général ignore combien coûteront les travaux qui devront être faits.

Selon les directives émises par Québec, si une concentration de plus de 5 microgrammes de plomb est détectée dans les échantillons, le point d'eau est jugé non conforme. Les écoles primaires de la province avaient jusqu’au 1er novembre 2020 pour mener les tests. Pour les autres établissements, l'échéance est fixé au 1er mars 2021.

En ce qui concerne les 19 points d'eau problématiques, la facture risque d'être élevée.

Après 30 secondes [d'eau qui coule], si je n’ai pas encore les bonnes données ça veut dire que le problème est beaucoup plus loin. Ça va de la plomberie et ça peut aller jusqu’au raccord avec la ville et les travaux sont plus importants, explique- M. Marion.

De plus, M. Marion affirme que de nouvelles fontaines d'eau ont été installées ou le seront prochainement pour assurer un meilleur accès à l'eau potable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !