•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Franco-Ontariens partagés sur le temps des Fêtes sans regroupements

Un sapin de Noël dans une salle à manger où se trouvent des aînés.

La pandémie de COVID-19 bouleverse le temps des Fêtes 2020.

Photo : Radio-Canada

Frustration, soulagement et acceptation font partie des sentiments éprouvés par des Franco-Ontariens en réaction aux recommandations du gouvernement Ford de restreindre les regroupements lors des fêtes de fin d'année.

Une maisonnée, une célébration. La consigne présentée mercredi par le premier ministre, Doug Ford, donne du grain à moudre pour de nombreuses personnes, dont un certain nombre se montrent encore indécises sur la manière dont elles vont passer les Fêtes.

Oliva Roy, père, grand-père et président de la section Moyen-Nord de la Fédération des aînés et retraités francophones de l’Ontario (FARFO), rechigne à accepter d'être séparé de ses proches. Je suis très, très frustré d’entendre M. Ford nous restreindre encore dans nos foyers, tonne le résident de Chelmsford, près de Sudbury.

Photo officielle de Oliva Roy

Oliva Roy est le président de la Fédération des aînés et retraités francophones de l’Ontario pour le Moyen-Nord. (archives)

Photo : Courtoisie: Oliva Roy

En mettant en avant la santé morale et le manque de contact humain, il estime que beaucoup de gens vont passer outre ces recommandations.

Pour lui, la communication de l'Ontario souffre de la comparaison avec le contrat moral proposé par Québec.

On voit que la province voisine annonce un relâchement avec des conditions, mais au moins ils vont permettre aux familles de se réunir.

Oliva Roy

M. Roy ajoute que son épouse et lui discuteront avec leurs enfants pour déterminer quel type de réveillon ils comptent tenir, alors que la région est passée en zone jaune dans le code couleur de la province la semaine dernière.

Pas de grand rassemblement en 2020

Le temps des Fêtes est aussi synonyme de contact physique, mais aussi de grands rassemblements pour Jacques Lehani Kagayo, président de la communauté congolaise de Windsor-Essex. On loue même parfois une salle pour se retrouver ensemble toute la communauté réunie ensemble, c'est bien au-delà de la famille.

Portrait de famille pris en égoportrait. Un père est entouré de ses filles.

Jacques Lehani Kagayo entouré de ses cinq filles.

Photo : Soumis par Jacques Lehani Kagayo

Bien que M. Kagayo aurait souhaité un appel à la quarantaine avant les Fêtes, il accueille ces règles avec soulagement, pour éviter de nous infecter mutuellement.

Nous allons nous retrouver après la pandémie, ensemble et en vie.

Jacques Lehani Kagayo

Dans les circonstances actuelles, il estime que la prudence doit prédominer cette année et restera en compagnie de sa femme et de leurs filles.

Se déplacer ou pas?

Originaire de Hearst et vivant seule à Toronto, Isabelle Lepage reste perplexe devant la possibilité de se rendre dans un autre foyer donnée par le gouvernement pour les personnes dans son cas.

Je me demande si on va pouvoir prendre l’avion pour voir notre famille. Pour moi qui vis seule, aller chez ma famille, est-ce que c'est correct?, se demande-t-elle.

Une de ses amies compte se rendre chez ses propres parents par les transports publics de Toronto. Je comprends qu’il y a des risques reliés à l’avion, mais [...] il y en a aussi qui sont associés à la CTT.

Isabelle Lepage lors d'une entrevue vidéo.

Isabelle Lepage, hésite à rejoindre ses parents pour les congés d'hiver.

Photo : Radio-Canada

La province n'a donné aucune précision sur le sujet, mais a annoncé qu'un guide sur Internet destiné à donner des lignes directrices aux Ontariens sera mis en ligne prochainement.

Bien que ce soit difficile, Mme Lepage dit que l'option de rester chez elle est la plus probable pour le moment.

Pas de visite chez les grands-parents

Contrairement aux autres années, les enfants de Daniel Lajeunesse ne se déplaceront pas chez leurs grands-parents ottaviens. La décision est prise depuis plusieurs semaines, assure M. Lajeunesse, résident dans la région de York, au nord de Toronto.

Daniel Lajeunesse.

Les célébrations avec les membres de la famille de Daniel Lajeunesse se feront en visioconférence.

Photo : Radio-Canada

Les chiffres de COVID augmentent et augmentent, remarque-t-il, et il n'est donc pas surpris par la consigne provinciale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !