•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La diversité est un enjeu de taille dans les milieux de travail canadiens

Des hommes et des femmes d'origines diverses.

Un sondage mené sur la diversité en milieu de travail souligne les défis de cet enjeu.

Photo : iStock / digitalskillet

Un sondage mené par la firme de ressources humaines ADP démontre que près du tiers des employés issus de la diversité estiment que leur appartenance ethnoculturelle a nui à leur carrière.

Près de 1550 travailleurs canadiens à temps plein et à temps partiel ont répondu au sondage mené en ligne sur la plateforme Maru/blue entre les 25 et 29 octobre.

La moitié (49 %) disent avoir connaissance de politiques de diversité et d’inclusion sur leur lieu de travail. L’Ontario connaît la proportion la plus grande au pays de travailleurs conscients des efforts de leur entreprise en la matière avec 53 % des répondants.

C’est aussi l’Ontario qui possède la plus importante proportion de travailleurs qui estiment que leur entreprise fait de ces enjeux une priorité, avec 36 %.

Le sondage dénote surtout des différences importantes dans la perception des milieux de travail par les personnes appartenant à des minorités ethniques ou visibles. Par exemple, 31 % de ces travailleurs estiment avoir observé des jugements ou comportements inappropriés fondés sur l’origine ethnique ou la couleur de peau sur leur lieu de travail actuel. Un taux deux fois plus élevé que dans la population en général.

Une femme sourit.

Giorgiana Munteanu est conseillère en ressources humaines chez ADP.

Photo : Image`: ADP

La conseillère en ressources humaines chez ADP Giorgiana Munteanu soutient toutefois que les données laissent entendre que les choses changent.

Il semble y avoir une prise de conscience sur l’importance de l’inclusivité.

Giorgiana Munteanu, ADP

Parmi les jeunes travailleurs âgés de 18 à 35 ans, 47 % affirment qu’ils se sentiraient plus loyaux envers un employeur qui ferait de la diversité une priorité. Cette proportion atteint 25 % pour l’ensemble des travailleurs.

Un outil de discussion intéressant qui comporte des lacunes

La professeure à la Faculté d’éducation Phyllis Dalley de l’Université d’Ottawa relève toutefois des lacunes dans ce sondage.

Une femme porte un veston rouge. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Phyllis Dalley est professeure à la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa.

Photo : image: Phyllis Dalley

D’abord, la professeure souligne que la firme qui mené le sondage, ADP, offre elle-même des services-conseil en ressources humaines, dont des conseils dans la gestion de la diversité et l’inclusion.

Cette même firme a à sa tête une majorité d’hommes blancs. Elle souligne également que pour permettre de développer des politiques d'intervention, les données devraient être plus précises.

Je pense qu’on est rendu à agir, c’est une chose qui se fait de manière consciente, et pour ça il faut avoir des données beaucoup plus précises sur la situation.

Phyllis Dalley, professeure, Université d'Ottawa

Selon elle, ce sondage représente tout de même un outil pertinent pour alimenter la discussion sur la diversité.

La marge d’erreur estimée de ce sondage est de +- 2,4% 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !