•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg démolit la maison centenaire du 514, Wellington Crescent

De la poussière remplit l'air et les murs s'écroulent sous le poids des deux tracteurs.

Les promoteurs avaient déjà vidé la maison et avaient l’intention d'utiliser le terrain depuis plusieurs années.

Photo : CBC/Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

La démolition de la maison centenaire située dans le quartier de River Heights, à Winnipeg, a commencé mercredi matin avant 8 heures.

Au cours des dernières années, la question entourant la démolition de la maison datant de plus de 110 ans a fait l’objet de tensions entre divers groupes qui voulaient préserver l'héritage du quartier, et des promoteurs.

La Ville de Winnipeg a décidé, cette semaine, d’aller de l’avant avec la démolition, selon les avocats représentant les propriétaires de l’édifice. Elle avait pourtant empêché sa destruction il y a un peu plus d’un an.

Les promoteurs avaient déjà vidé la maison et avaient l’intention de développer le terrain depuis plusieurs années.

En 2016, un regroupement de résidents du quartier s'est opposé aux plans de démolition. Une membre du regroupement Save 514 Wellington, Christine Skene, se sent vaincue.

Elle dit avoir eu un sentiment de défaite au moment où la maison s’est écroulée. C’était une grande et une vieille maison, et la détruire pour quelqu’un qui a besoin d’un peu d’argent est juste navrant.

L’homme d'affaires à la tête du groupe des promoteurs, Jeff Thompson, aussi président-directeur général de la compagnie Leader Equity Partners, comptait construire trois maisons familiales sur le terrain de la propriété.

Une grande maison à deux étages en été.

Durant l’été 2019, quelques heures avant destruction du bâtiment, la Ville a annulé sa décision d’accorder un permis de démolition.

Photo : CBC/Radio-Canada / Trevor Brine

Une maison précédemment sauvée de la destruction

Durant l’été 2019, quelques heures avant la décision du propriétaire de détruire le bâtiment, la Ville a annulé sa décision d’accorder une démolition du bâtiment qui a servi au tournage de plusieurs films ces dernières années.

Cet été, Winnipeg a donné un statut patrimonial à tout le secteur de Crescentwood.

Puis, à l’automne 2019, les propriétaires ont poursuivi la Ville dans l’espoir de voir un revirement de situation.

La représentation juridique des promoteurs a confirmé que Winnipeg avait déterminé que le bâtiment n'était pas sécuritaire. La Ville a donc accordé une permission de démolition mardi.

Le règlement municipal sur les quartiers patrimoniaux restreint normalement les démolitions de bâtiments d’un quartier ayant un tel statut. Il y a cependant des exceptions au sujet des bâtiments considérés comme non sécuritaires ou ne concordant pas avec les éléments que la désignation patrimoniale vise à conserver.

Préjudice indu au promoteur

Une autre exception permet de lever la suspension d'un permis de démolition si cela cause un préjudice indu à un promoteur.

Or, dans une lettre d'approbation officielle de la Ville transmise à CBC/Radio-Canada par l'avocat des promoteurs, le directeur du Service du développement, de la planification et de la propriété de la Ville de Winnipeg, John Kiernan, écrit que le bâtiment est à la hauteur des valeurs patrimoniales énoncées dans le règlement municipal sur les quartiers patrimoniaux.

Retarder la démolition du bâtiment représente un risque de préjudice pour la santé ou la sécurité des personnes ou des biens, note-t-il toutefois.

Refuser de délivrer le permis de démolition [...] causerait un préjudice indu au propriétaire, écrit-il.

La lettre ajoute que l’édifice centenaire situé au 514, Wellington Crescent répond à ces deux critères d'exception pour la démolition.

Les promoteurs ont 60 jours pour terminer la démolition, six mois pour commencer la construction et trois ans pour la terminer.

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !