•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salons funéraires de l'Î.-P.-É. continuent de s'adapter à la COVID-19

Le salon funéraire Belvedere depuis l'extérieur. Son enseigne se trouve au premier plan.

Le salon funéraire Belvedere situé à Charlottetown limite les visites en groupe à 20 personnes et les célébrations dans la chapelle à 50 personnes

Photo : Julien Lecacheur

Julien Lecacheur

Les salons funéraires de l'Île-du-Prince-Édouard doivent constamment s'adapter en raison de la progression de la COVID-19.

Nathaniel Lamoureux est un propriétaire de salon funéraire occupé. Depuis le début de la COVID-19, sa charge de travail a sensiblement augmenté. Cela donne plus de travail, mais cela est incomparable à celui des familles, explique-t-il.

Depuis le début du mois de mars, les règles entourant les funérailles et autres services ont évolué. Au départ, les visites et derniers au revoir aux défunts étaient limités à cinq personnes. Maintenant, 20 personnes peuvent se trouver en même temps dans la même pièce. Les célébrations dans la chapelle sont quant à elle limitées à 50 personnes. De plus, les masques sont obligatoires en tout temps et les contacts sont interdits.

Aujourd'hui, on peut vraiment offrir tous les mêmes services que l'on donnait habituellement. Le principal changement concerne le nombre maximum de personnes.

Nathaniel Lamoureux, directeur des services et des professions funéraires de l'Î.-P.-É.
Nathaniel Lamoureux est debout dans la chapelle du salon funéraire Belvedere de Charlottetown.

Nathaniel Lamoureux explique devoir dire non pour la première fois de sa carrière à certaines demandes formulées par les familles des défunts.

Photo : Julien Lecacheur

Malgré tout, un temps d'adaptation a été nécessaire. Afin d'accommoder les familles, les salons funéraires proposent des célébrations virtuelles. Ils peuvent aussi conserver plus longtemps les corps des défunts.

Nathaniel Lamoureux explique que ces mesures aident les familles et les proches qui ne résident pas dans la province. Des proches qui doivent obtenir un droit de visite, puis s'isoler pendant 14 jours. Des défis insurmontables pour certains.

C'est triste. Certaines familles venant de l'extérieur nous expliquent qu'elles ne seront pas capables de venir.

Nathaniel Lamoureux, directeur des services et des professions funéraires de l'Î.-P.-É.
Les règlements concernant la COVID 19 sont affichés sur la porte d'entrée du salon funéraire Belvedere.

Les règlements concernant la COVID 19 sont affichés un peu partout à l'extérieur et dans les salons funéraires.

Photo : Julien Lecacheur

Un salon funéraire insulaire touché par la COVID-19

Malgré tout, l'Île-du-Prince-Édouard n'est pas complètement à l'abri. La preuve, jeudi dernier, une femme âgée d'une quarantaine d'années a assisté à des funérailles au salon funéraire de Central Queen's, à New Glasgow, et une semaine plus tard, elle a été déclarée positive à la COVID 19. Mais heureusement, les dépistages massifs menés par la province n'ont pas décelé pour le moment d'autre cas.

C'était une mesure de précaution. Beaucoup de personnes ont ainsi pu être testées !

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l'Î.-P.-É.
Pancarte de l'entrée du salon funéraire de Central Queens.

L'une des porteuses du virus de la COVID-19 a assisté à des funérailles le jeudi 19 novembre au salon funéraire de Central Queens.

Photo : Julien Lecacheur

Un rappel à l'ordre qui a poussé la province et les salons funéraires à entamer de nouvelles discussions. L'Objectif étant d'apporter de nouvelles mesures destinées à assurer la sécurité de tous.

On a beaucoup de communications avec les directeurs des salons funéraires et cela va se poursuivre, explique la Dre Heather Morrison. Les nouveaux règlements devaient être mis en place dans les prochains jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !