•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition dénonce le plan du gouvernement Legault pour les Fêtes

Les règles sont imprécises et inéquitables, soutiennent le Parti libéral, Québec solidaire et le Parti québécois.

Dominique Anglade en point de presse.

Le PLQ dénonce la confusion entourant les consignes du gouvernement caquiste pour le temps des Fêtes.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le gouvernement Legault aurait avantage à clarifier et à humaniser ses consignes en vue des rassemblements qui seront permis pendant la période de Noël, estiment les partis d'opposition à l'Assemblée nationale.

Le PLQ, QS et le PQ accusent même le gouvernement caquiste d'alimenter la confusion avec son plan pour les Fêtes.

Après avoir permis aux Québécois de se réunir pendant quatre jours, le premier ministre François Legault a resserré les règles, mardi : il leur a demandé de s'en tenir à deux réunions familiales de 10 personnes maximum au cours de ces quatre jours.

Là, les Québécois ont de la misère à suivre, a déploré la chef libérale Dominique Anglade, en point de presse, mercredi. On est à l'Assemblée nationale, nous, et on a de la misère à suivre ce que dit le gouvernement. Il faut qu'ils clarifient leurs communications, et de manière rapide.

Même son de cloche au PQ. Ils sont venus nous dire qu'il y avait quatre jours de liberté, et trois jours après l'avis de la santé publique – qui serait l'avis scientifique sur lequel tout le monde se base –, on a déjà changé de point de vue, et puis on a déjà changé de règles! s'est exclamé son chef Paul St-Pierre Plamondon.

M. St-Pierre Plamondon en point de presse.

Le nouveau chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, regrette que le gouvernement Legault ait changé les règles du jeu moins d'une semaine après les avoir présentées.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

De son côté, le co-porte-parole de QS Gabriel Nadeau-Dubois a demandé au gouvernement Legault de penser aux travailleurs essentiels. Car plusieurs d'entre eux devront être de garde du 24 au 27 décembre et ne pourront pas se réunir avec leurs proches après cette période si les consignes actuelles sont maintenues.

C'est un angle mort du plan du gouvernement et c'est un oubli qu'il faut absolument corriger, a martelé le député de Gouin, qui a lancé un appel à la compassion.

Qui, au Québec, mérite d'avoir quelques heures avec sa famille? C'est qui, en haut de la liste, là? Qui mérite cette compassion-là le plus? Ça ne fait aucun doute que ce sont les hommes et les femmes qui ont été en première ligne de la pandémie, a-t-il soutenu.

Selon lui, le gouvernement devrait faire preuve de créativité et accorder à tous au moins une journée de congé dans la fenêtre des quatre jours de festivités.

Gabriel Nadeau-Dubois en point de presse.

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a lancé « un appel à la compassion » au premier ministre Legault, mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Questionné sur le sujet pendant la période des questions par sa vis-à-vis libérale Marie Montpetit, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a affirmé qu'il fallait s'en tenir au plan.

Ce que la santé publique nous a accordé, ce n'est pas négociable, et ce n'est pas négociable parce que ça peut être dangereux pour la population.

Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Déjà, en janvier, nos hôpitaux sont dans des états critiques en général, a-t-il rappelé. On ne peut pas se permettre de réaugmenter le nombre d'admissions pendant la période des Fêtes.

Le ministre a toutefois reconnu que la situation était difficile pour les travailleurs la santé, dont il a salué les sacrifices.

Comme vous pouvez l'imaginer, j'ai moi-même plusieurs amis et même des membres de ma famille qui sont affectés par ces décisions-là, a déclaré M. Carmant, neurologue de carrière.

Un plan qui peut encore changer

En entrevue à ICI RDI en fin de journée, le ministre en titre, Christian Dubé, a répété – comme l'avait fait François Legault la veille – que le plan de la CAQ pour la période des Fêtes était encore sujet à changements et qu'il ne serait pas confirmé avant la mi-décembre.

Selon lui, le flou entourant les consignes à respecter s'explique par le fait que le gouvernement a d'abord tenu à exposer les grands principes de sa feuille de route. Il lui reste encore un mois pour faire des précisions, s'est-il réjoui.

Concernant la période d'isolement volontaire recommandée avant Noël, du 17 au 23 décembre, M. Dubé a par exemple précisé que les Québécois devaient essayer de faire le moins de sorties possible.

Si votre travail le permet ou si vous êtes capables de vous accommoder, votre grosse épicerie, vous devriez la faire avant les sept jours du confinement, a-t-il illustré.

Un guide pratique sur la meilleure façon se protéger de la COVID-19 pendant les temps des Fêtes doit d'ailleurs être présenté conjointement par le gouvernement et la santé publique dans les prochains jours, a rappelé le ministre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !