•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Questionnements quant aux services de nuit à l’aéroport de Rouyn-Noranda

L'aéroport de Rouyn-Noranda

L'aéroport de Rouyn-Noranda (Archives)

Photo : Radio-Canada / Félix B. Desfossés

Le député bloquiste d'Abitibi-Témiscamingue Sébastien Lemire s’inquiète que Nav Canada songe à cesser ses services de navigation aérienne de nuit à l’aéroport de Rouyn-Noranda.

Nav Canada envisage depuis plusieurs années de remplacer la présence humaine à l’aéroport durant la nuit par des systèmes automatisés, ce que la Ville de Rouyn-Noranda conteste.

Mercredi après-midi, Nav Canada a avisé par courriel que l’étude concernant les services actuels à l’aéroport de Rouyn-Noranda est toujours en cours. Sébastien Lemire se demande si cette étude pourrait mener Nav Canada à cesser ses services de nuit à Rouyn-Noranda, comme cela a déjà eu lieu dans d’autres villes au pays cette année.

L'étude en question, est-ce que c'est une interprétation disant justement qu’on regarde ce qui se passe un peu partout au Canada? C'est une phrase un peu ouverte ou c'est une phrase qui annonce la suite des choses. C'est ce qui est particulier dans ce dossier-là. On doit lire entre les lignes parce qu'on n'a pas de communication claire, affirme Sébastien Lemire.

Le député fédéral d’Abitibi-Témiscamingue rapporte que le bureau du ministre des Transports n’a pas indiqué de plan concret pour la cessation des services de Nav Canada jusqu’à maintenant. Il croit tout de même qu’il faut suivre ce dossier de près.

Ça veut dire qu’ils [Nav Canada] sont en réflexion, donc ça confirmerait, je le dis au conditionnel, ce qu’on appréhende, c’est-à-dire que dans une deuxième vague [de fermeture de services], l’aéroport de Rouyn-Noranda pourrait faire partie d’une réflexion de fermeture [de services].

Une citation de :Sébastien Lemire, député bloquiste d'Abitibi-Témiscamingue

Plus tôt cette semaine, la Ville de Rouyn-Noranda a confirmé qu’elle renouvelle le contrat pour une valeur de 10 000 dollars avec la firme de communication TACT, qui s’occupe des négociations avec Nav Canada.

La mairesse de Rouyn-Noranda Diane Dallaire souligne qu’il s’agit d’un dossier d’envergure.

On n’aurait peut-être pas pu penser au début que ça prendrait autant de temps. Les démarches se poursuivent et sont d’autant plus importantes. Plus le temps avance, plus c’est important, affirme-t-elle.

On est vraiment bien organisé dans ce dossier-là, mais on a besoin d’être supporté parce que c’est un dossier d’envergure, ajoute la mairesse.

Du côté de Nav Canada, on répond par courriel que cette étude permet d’évaluer les changements apportés au système de navigation aérienne et qu'il n'y a pas de mise à jour pour l’étude aéronautique des niveaux de service au Rouyn-Noranda.

L’enjeu de la sécurité

Selon Diane Dallaire, le système automatisé de surveillance ne garantit pas la même fiabilité et sécurité qu’une présence humaine la nuit à l’aéroport.

Le transport aérien en région, c’est primordial. On parle de fiabilité, de prix accessibles, mais il ne faut surtout pas oublier la sécurité de nos gens, et on ne lâchera pas le morceau, martèle la mairesse. [...] Des fois, on pose la question : "Est-ce que c’est vraiment essentiel (la présence humaine)?" Moi, quand on parle d’équipement comme ça, ce qu’il faut se rappeler, c’est que même les pilotes d’avion disent que ce n’est pas fiable à 100 %.

Une citation de :Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda

Le député Sébastien Lemire abonde dans le même sens et affirme qu’on ne peut pas garantir aux pilotes que le système donnera des données fiables.

Un des problèmes à l’aéroport de Rouyn-Noranda, c’est la présence de la rivière Kinojévis à proximité. Ça peut faire en sorte que sur une partie de la piste, dépendamment où est le capteur, la température peut être différente que sur l’état de la piste en général. C’est pour ça que le service en personne est essentiel, particulièrement la nuit, mais en tout temps, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !