•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 20 ans, les Gee-Gees étaient champions

Les joueurs des Gee-Gees fêtent autour de la Coupe Vanier.

Les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa ont remporté leur dernière Coupe Vanier le 2 décembre 2000, 42-39 contre les Rams de l'Université de Regina (archives).

Photo : La Presse canadienne / KEVIN FRAYER

« C’est sûr que c’est des souvenirs gravés à tout jamais là. » L’ancien porteur de ballon des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa, Maxime Dufault, a l’impression de toujours être en mesure de toucher à la Coupe Vanier, même près de 20 ans plus tard.

C'était le 2 décembre 2000, dans ce qui s'appelait alors le Skydome, à Toronto. Je me souviens de l’estrade en plein centre, des policiers de la gendarmerie royale qui amènent le trophée affirme l'ancien numéro 7. C’est vraiment le sommet de ma carrière d’avoir fait partie de cette équipe-là.

Un homme regarde la caméra devant le centre d'entraînement des Gee-Gees à Ottawa.

L'ancien porteur de ballon de l'équipe de football des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa, Maxime Dufault.

Photo : Radio-Canada / Olivier Hyland

Alors que le Rouge et Or de l’Université Laval était en pleine progression, les Gee-Gees, qui jouaient alors dans la conférence du Québec, étaient toujours l’une des puissances du football universitaire canadien de la fin des années 90.

Menés par le quart-arrière Phil Côté, ils avaient atteint la finale de la Coupe Vanier en 1997, mais s'étaient inclinés contre l’Université de la Colombie-Britannique.

Le quart-arrière Phil Côté remet le ballon à un de ses joueurs.

Phil Côté a réalisé trois passes de touché en complétant 16 de ses 18 passes et deux touchés par la course lors de la finale de la Coupe Vanier.

Photo : La Presse canadienne / KEVIN FRAYER

Maxime Dufault avait choisi les Gee-Gees d’Ottawa à la fin de son parcours collégial au Cégep de Victoriaville en raison de la culture gagnante déjà implantée au sein l’équipe.

L’objectif ultime était vraiment de se rendre à la Coupe Vanier. Quand ils m’ont recruté, je le sentais et j’avais vraiment le "feeling" que l’équipe allait le faire, affirme Dufault, qui travaille maintenant dans le domaine de la vente d’équipements médicaux.

Marcel Bellefeuille, qui a récemment repris son poste d’entraîneur-chef des Gee-Gees, en était à son premier séjour à la barre de l’équipe. À peine âgé de 34 ans à l’époque, l’entraîneur originaire d’Ottawa se souvient à quel point la ville d’Ottawa avait appuyé l’équipe cette année-là.

Un homme pose pour une photo à l'Université d'Ottawa.

Marcel Bellefeuille est revenu à la barre de l'équipe de football des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa plus tôt cette année (archives).

Photo : Greg Mason

C'était une époque à Ottawa où nous étions la seule équipe de football. Il n'y avait pas de Redblacks, pas de Ravens, nous étions le meilleur spectacle en ville, se souvient-il.

Parfois, j’ai l'impression que c’était hier, d’autres fois j’ai l'impression que c’était dans une vie différente.

Marcel Bellefeuille, entraîneur-chef des Gee-Gees

Originaire d’Ottawa, le Franco-ontarien était coordonnateur à l’offensive de l’équipe lors de la participation à la finale en 1997. En 2000, il en était à sa 2e saison à la barre de l’équipe.

L’impact du quart-arrière Phil Côté

Aussi originaire d’Ottawa, Phil Côté était le cœur et l’âme de l’équipe. La saison 2000 étant sa dernière avec les Gee-Gees, il tenait à terminer du bon pied.

J’ai joué pour plusieurs équipes dans ma carrière, mais jamais je n'ai joué avec quelqu’un qui avait un tel sens du jeu, affirme Maxime Dufault. Il était tellement calme, que ça calmait l’offensive au complet.

J’ai joué deux ans avec Phil Côté, et jamais que j’ai senti qu’on était dans une situation d’urgence, on était toujours en contrôle.

Maxime Dufault, ancien porteur de ballon des Gee-Gees

Mais une blessure à une cheville, lors de la Coupe Dunsmore contre le Rouge et Or, a bien failli faire dérailler ses plans.

Avec le substitut James Baker aux commandes, Ottawa a réussi à l’emporter contre l’Université Laval et contre l’Université McMaster au Churchill Bowl. Mais pour la première fois, les joueurs ont pu profiter d’une semaine de repos avant la finale.

Deux joueurs, dont le quart-arrière Phil Côté, célèbrent leur victoire en finale de la Coupe Vanier.

Le quart-arrière des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa, Phil Côté, célèbre la victoire contre les Rams en compagnie de son coéquipier Christopher Mercer (archives).

Photo : La Presse canadienne / KEVIN FRAYER

Ce fut la clé pour que Phil revienne en bonne santé, croit Marcel Bellefeuille. Les Rams avaient une puissante attaque. Que Phil puisse utiliser ses jambes et avoir toutes ses habiletés à disposition était essentiel à notre succès.

Maxime Dufault a aussi pu profiter de cette semaine de repos, lui qui est revenu au jeu en finale après avoir raté 5 semaines en raison une blessure aux ligaments de la cuisse.

Un départ en force pour Ottawa

Les Gee-Gees ont amorcé le match avec un dégagement lors de la première série à l’attaque, mais se sont rapidement repris en marquant 5 touchés dans les 5 séries suivantes, deux de ceux-ci grâce à des courses du quart-arrière Phil Côté. À la demie c’était 35-10 pour Ottawa.

C'était incroyable en première mi-temps, se remémore Marcel Bellefeuille. Je me suis dit: ce n'était pas censé être aussi facile. Je n'avais jamais vu ça à ce niveau de football.

Mais les Rams n’ont pas abandonné, réduisant tranquillement l’écart. Un gros jeu des unités spéciales en fin de match est venu peut-être sauver l’équipe avec quelques minutes à faire. Patrick Paradis a bloqué une tentative de placement qui aurait pu venir avec trois minutes à faire.

Un groupe de joueurs de football célèbre leur victoire en posant avec la Coupe Vanier.

Les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa ont remporté leur dernière Coupe Vanier le 2 décembre 2000, 42-39 face aux Rams de l'Université de Regina (archives).

Photo : courtoisie: Gee Gees de l'Université d'Ottawa

Ottawa a résisté pour l’emporter 42-39, une première conquête de la Coupe Vanier en 25 ans pour les Gee-Gees, leur dernière conquête à l'époque remontant à 1975. Phil Côté a terminé la rencontre avec cinq touchés dont trois par la passe et deux par la course. Il a réussi  16 de ses 18 tentatives de passe.

Phil Côté n’a pas donné suite à nos demandes d'entrevue pour ce reportage.

Une chance unique pour Marcel Bellefeuille

Ironie du sort, cette victoire contre les Rams de l’Université de Regina a permis à Marcel Bellefeuille d’obtenir un poste d’entraîneur, dans une autre équipe de la capitale saskatchewanaise, les Roughriders.

Gros plan de Marcel Bellefeuille après une victoire lorsqu'il était entraîneur-chef des Tiger Cats de Hamilton.

Marcel Bellefeuille (archives).

Photo : The Canadian Press / DAVE CHIDLEY

C’est parfois incroyable de voir comment les dominos peuvent tomber parfaitement, souligne Marcel Bellefeuille. L'entraîneur-chef des Roughriders a regardé le match, le directeur général a regardé le match, parce que nous jouions contre les Rams.

Ils ont pu voir mon comportement sur les lignes de côté, comment j’entraînais les gars et le style de football que nous jouions. Je pense que ça m’a vraiment aidé dans mon entrevue d’emploi.

Marcel Bellefeuille, entraîneur-chef des Gee Gees

Cette première expérience comme entraîneur des receveurs et des porteurs de ballon aura finalement mené Marcel Bellefeuille à une carrière de 20 saisons chez les professionnels, dont 4 saisons comme entraîneur-chef avec les Tiger-Cats de Hamilton de 2008 à 2011.

De nombreux joueurs qui ont participé au championnat de la Coupe Vanier se côtoient toujours 20 ans plus tard. Si la COVID-19 a en quelque sorte gâché les plans de retrouvailles pour cet important anniversaire, ils se réuniront tout de même le 2 décembre prochain, par vidéoconférence, pour assister à nouveau à cette rencontre historique qu’ils ont disputée.

Ce sentiment de famille là, qu’on a développé à l’époque, se poursuit aujourd’hui. C’est des relations qui se gardent pour la vie, affirme Maxime Dufault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !