•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil municipal d'Ottawa demande la démission de Rick Chiarelli, il refuse

Rick Chiarelli assis devant un ordinateur portable et un microphone.

Rick Chiarelli se retrouve depuis plusieurs semaines au cœur d'allégations de plusieurs femmes lui reprochant d'avoir eu des comportements inappropriés avec elles.

Photo : CBC / Giacomo Panico

Radio-Canada

Le conseil municipal d’Ottawa appuie unanimement une motion demandant que le conseiller Rick Chiarelli remette sa démission à la suite de deux rapports sur des allégations d'inconduite sexuelle.

Mercredi, lors du conseil municipal de la Ville d’Ottawa, trois motions ont été déposées par des conseillers concernant Rick Chiarelli. Les élus municipaux devaient se prononcer sur le deuxième rapport sur les allégations d’inconduite visant ce dernier, rapport qui a été déposé le vendredi 20 novembre. 

Le commissaire à l’intégrité de la Ville d’Ottawa, Robert Marleau, a recommandé aux élus d' imposer à M. Chiarelli une nouvelle suspension de salaire et de le priver de certains pouvoirs.

Robert Marleau pose pour la caméra dans la salle du conseil municipal d'Ottawa.

Le commissaire à l’intégrité de la Ville d'Ottawa, Robert Marleau, fait enquête depuis cet automne au sujet de plaintes de comportements déplacés de la part du conseiller Rick Chiarelli.

Photo : CBC/Kate Porter

Ces discussions surviennent le jour même où le conseil municipal a proclamé la campagne orange Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles, une campagne mise de l'avant par l'Organisation des Nations unies (ONU).

Trois motions déposées par les conseillers

Dans le rapport au conseil sur l’enquête concernant la conduite du conseiller Chiarelli, trois motions ont été déposées.

La première demande que Rick Chiarelli reconnaisse ses fautes et qu'il démissionne de ses fonctions de conseiller municipal.

La deuxième motion propose que le maire de la Ville s'excuse publiquement au nom du conseil municipal aux femmes qui ont été victimes des gestes de Rick Chiarelli. 

La troisième et dernière motion propose entre autres que le maire demande à la province de changer la loi pour que le conseil puisse destituer le conseiller. La motion demande aussi que le salaire du conseiller Chiarelli soit versé à des organismes communautaires.

Limiter les accès de Rick Chiarelli

Dans la troisième et dernière motion présentée par la conseillère Jenna Sudds et appuyée par le conseiller Glen Gower, Mme Sudds a demandé au greffier de la Ville d'Ottawa de présenter des options pour limiter l’accès du conseiller Chiarelli à l’hôtel de ville.

Aucune femme ne devrait jamais avoir à faire face à ce type de comportement. [...] Je pense que nous devons nous assurer que nous protégeons le personnel. Sa présence pourrait causer du stress à certains d’entre eux, a dit la conseillère avant de présenter sa motion.

Capture d'écran de la conseillère lors d'une réunion par zoom.

La conseillère de Kanata-Nord, Jenna Sudds, a demandé au greffier de la ville de présenter des options pour limiter l’accès du conseiller Chiarelli à l’hôtel de ville.

Photo : Radio-Canada

Elle est même allée jusqu’à demander qu’on retire sa chaise de la table du conseil municipal.

Je demande que son siège à la table du conseil soit déplacé afin qu'aucun de nous n'ait à s'asseoir à ses côtés, a dit Mme Sudds.

Quant à la capacité de démettre un conseiller de ses fonctions, le commissaire Marleau a dit que cette question est très complexe. Il a donné plus de détails en réponse à une question du conseiller Mathieu Fleury à cet égard.

C’est le peuple qui décide quand congédier un élu. Cependant il peut y avoir d'autres mesures à considérer, soutient le commissaire Marleau.

Les suspensions peuvent être plus sévères, on peut même penser à des amendes, soutient M. Marleau. Il peut y avoir des recours judiciaires. Tout cela est dans le domaine du décideur législatif. Les cours hésitent à démettre de leurs fonctions les élus [...], on parle de vacance d’un siège seulement lorsqu'il y a eu une décision au niveau criminel.

Le ministre des Affaires municipales et du Logement de l'Ontario Steve Clarke, qui qualifie le comportement du conseiller Rick Chiarelli d'inacceptable, n'envisage pas de changements législatifs pour le moment.

Le ministre Clarke a en revanche demandé à M. Chiarelli de quitter ses fonctions de conseiller en raison des graves accusations portées contre lui.

J'exhorte donc, dans les termes les plus fermes possible, le conseiller Chiarelli à démissionner de son poste.

Steve Clark, ministre des Affaires municipales et du Logement de l'Ontario

Rick Chiarelli s’accroche

Dès le début de la rencontre du conseil, mercredi, Rick Chiarelli qui y assistait, a dit ne pas pouvoir discuter de cette affaire parce qu'elle était devant les tribunaux.

Mais le bureau du conseiller Rick Chiarelli a fait savoir par courriel plus tard en journée que l’échevin ne démissionnera pas. Il a été démocratiquement élu pour un mandat de quatre ans et il a l'intention de le faire

Le bureau du conseiller remet en doute la partialité du processus d’enquête qui le vise.

Ce rapport est basé sur une enquête qui n'a entendu qu'un seul côté de l'histoire. Ni le conseiller Chiarelli ni son avocat n'ont été informés de la manière dont les témoins ont été sélectionnés, de leur identité ou du témoignage qu'ils ont donné, peut-on lire dans la réponse écrite.

L’équipe du conseiller ajoute que selon elle, Le commissaire à l'intégrité a refusé d'accommoder le conseiller Chiarelli pendant sa convalescence malgré avoir reçu de nombreuses notes médicales.

Le maire déçu, mais pas surpris 

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, s’est dit déçu, mais pas surpris de l’attitude du conseiller Chiarelli, en fin de réunion, mercredi.

Tous les membres du conseil [présents à la réunion] ont dit que c’était une bonne idée pour M. Chiarelli de quitter. Malheureusement nous n'avons pas le pouvoir d'entériner cette résolution.  [... ] C’est vraiment une situation difficile pour les concitoyens qui habitent dans le quartier Collège, parce que nous sommes en train d’adopter le budget et les résidents n’avaient pas une voix efficace, a-t-il commenté.

En juillet, le conseil municipal d’Ottawa a adopté à l’unanimité la recommandation du commissaire à l’intégrité de suspendre Rick Chiarelli sans salaire pour une période de neuf mois, ce qui représente un peu plus de 79 000 $.

Avec les informations d'Antoine Trépanier et de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !