•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 14 nouveaux cas et un décès supplémentaire en Gaspésie

Une infirmière s'apprête à effectuer un test de dépistage sur un patient.

La Gaspésie déplore 40 décès attribués à la COVID-19 depuis le début de la pandémie (archives).

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Après n’avoir recensé aucun nouveau cas en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine mardi, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ajoute 14 cas à son bilan mercredi. Un décès supplémentaire est également déploré dans la région.

Ce 40e décès attribué à la COVID-19 est survenu dans l’un des CHSLD de la région, mais le CISSS ne précise pas lequel pour des raisons de confidentialité.

Par ailleurs, le CISSS indique que moins de cinq résidents et moins de cinq employés sont infectés dans les CHSLD de la région, sans préciser lesquels.

Cas par MRC :

  • Avignon : 371
  • Bonaventure : 336 (+2)
  • Rocher-Percé : 233 (+6)
  • Côte-de-Gaspé : 346 (+5)
  • Haute-Gaspésie : 21 (+1)
  • Îles-de-la-Madeleine : 30

* Les cas recensés au centre de détention de New Carlisle ne sont plus comptabilisés dans la MRC de Bonaventure, mais plutôt dans la MRC où les détenus ont leur adresse permanente.

Parmi les nouveaux cas rapportés mercredi, cinq sont liés à l’éclosion au centre de détention de New Carlisle, selon le CISSS. Au total, 46 détenus ont contracté la COVID-19 et 23 d'entre eux sont encore considérés comme des cas actifs. Parmi le personnel, six cas sont toujours actifs.

Le CISSS juge normale la variation entre les données de mardi, où aucun cas n’a été répertorié, et celles de mercredi, où 14 cas s’ajoutent au bilan.

Si nous soustrayons les cinq cas au centre de détention, cela fait neuf cas et la santé publique estime qu’il est normal dans une petite région comme la nôtre d’avoir des variations comme celle-ci lorsque le virus circule, explique l'adjointe aux relations avec les médias, Clémence Beaulieu-Gendron.

Depuis le début de la pandémie, 1337 personnes ont contracté la COVID-19. Le nombre de guérisons a grimpé à 1183, une hausse de 22 par rapport à la veille.

Selon ces données, la région compte 114 cas actifs du virus.

Sept personnes sont présentement hospitalisées.

Au Bas-Saint-Laurent et ailleurs

Dix nouvelles personnes infectées par le coronavirus se sont ajoutées au bilan du Bas-Saint-Laurent pour un total de 738 cas depuis le début de la pandémie.

La moitié de ces nouveaux cas est attribuée à la MRC de la Matanie où trois éclosions dans des lieux d'hébergement pour personnes âgées sont en cours.

D'ailleurs, la Résidence des Bâtisseurs et la Résidence des Sages, compte chacune un employé parmi les nouvelles contaminations rapportées.

Au Québec, la santé publique fait état de 1100 nouveaux cas de COVID-19, pour un total de 135 430 depuis le début de la pandémie.

Vigilance et stabilité

Selon le directeur de santé publique de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Dr Yv Bonnier-Viger, la propagation du virus semble se stabiliser malgré l’ajout de 14 nouveaux cas.

Hormis l’éclosion en cours au centre de détention de New Carlisle, les autres grandes éclosions qui se sont manifestées cet automne dans les établissements d’hébergement pour aînés sont, selon le Dr Bonnier-Viger, en voie de résolution.

Il ajoute que c’est aussi le cas des contaminations communautaires dans les MRC d’Avignon, de Bonaventure et de la Côte-de-Gaspé.

La population doit tout de même demeurer très vigilante tant que le vaccin ne sera pas distribué.

Ce virus est très contagieux. Quand ça rentre dans une famille, dans un centre d’hébergement ou même un centre de détention comme on l’a vu, le nombre de personnes qui deviennent malades est très élevé, c’est très impressionnant, souligne Dr Bonnier-Viger.

Prudence durant la période des Fêtes

La santé publique invite les gens à faire preuve de prudence et à limiter leurs contacts et leurs déplacements, même durant la période des Fêtes.

Dr Bonnier-Viger rappelle que les déplacements entre les régions ne sont pas recommandés et que les gens qui proviennent d’une zone rouge, par exemple, doivent suivre les mesures sanitaires qui s'appliquent dans leur zone de résidence.

Ainsi, les visiteurs en provenance des zones rouges ne devraient pas fréquenter les bars, restaurants, salles d'entraînement, cinémas et salles de spectacle.

De plus, aucun rassemblement privé n’est permis pour les personnes provenant d’une zone rouge. Même si on a été prudent, on peut transporter le virus avec nous, fait valoir le médecin.

Il invite du même souffle tous les gens qui éprouvent des symptômes, même très légers, à éviter de participer à une fête. Et quand on dit "au moindre symptôme", c'est que vous vous sentez mal, vous vous sentez fatigué, vous avez un peu de fièvre, un peu toux, le nez qui coule , précise Dr Bonnier-Viger.

Par contre, il juge inutile de passer un test de dépistage en l'absence de symptôme. Au moment où l’échantillon sera prélevé, il n’y aura pas assez de virus en vous pour que le test allume. C’est une fausse assurance, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !