•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 300 personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 au Manitoba

Une vue extérieure de l'Hôpital général Victoria

303 personnes sont hospitalisées en raison de la COVID-19 au Manitoba, selon les dernières informations de la province.

Photo : Radio-Canada / Trevor Brine

Les autorités sanitaires du Manitoba ont annoncé mercredi que 303 personnes étaient hospitalisées en raison de la COVID-19 dans la province, dont 50 sont en soins intensifs.

Le 5 novembre, nous avions 153 personnes hospitalisées en raison de la COVID-19. Maintenant, ce chiffre a doublé. Et le nombre de patients aux soins intensifs a triplé, a annoncé d’un ton grave Lanette Siragusa, infirmière en chef de Soins communs, qui participe désormais trois fois par semaine aux conférences de presse de la province.

Selon elle, le système de santé fonctionne à 146 % de sa capacité d’avant pandémie. À l'heure actuelle, 79 patients sont sous assistance respiratoire et 42 d’entre eux ont contracté la COVID-19.

Lanette Siragusa a assuré que la santé publique met tout en œuvre pour répondre à la demande.

Elle a précisé que, la nuit dernière, le Centre des sciences et de la santé de Winnipeg a ouvert une unité de huit lits pour les patients qui sont en attente de leur résultat.

Une réalité moins noire que les projections

Notre système de santé ne peut maintenir la cadence, a une nouvelle fois répété le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin.

Ce dernier exhorte les Manitobains à respecter les ordonnances sanitaires de la province, à savoir : limiter le plus possible ses déplacements et ne pas voir d’autres personnes en dehors de celles de son foyer.

Lors de sa 3e conférence de presse de la semaine, le Dr Roussin a tout de même fait part d’une petite lueur d’espoir : les chiffres annoncés chaque jour ne sont pas aussi élevés que ceux prévus par les autorités sanitaires.

La santé publique prévoyait 800 cas quotidiens au 27 novembre, a précisé le Dr Roussin. Loin de se réjouir, il a précisé que si le nombre de cas n’augmente pas autant que prévu, il faut tout de même qu’il baisse rapidement.

Nous voyons assurément quelques bénéfices des restrictions mais nous devons voir ces chiffres baisser plus rapidement. Notre système de santé atteint ses limites, a-t-il insisté.

Neuf nouveaux décès

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, a aussi signalé neuf décès liés à la maladie et 349 nouveaux cas.

Les nouveaux décès concernent :

  1. Un quadragénaire de Winnipeg
  2. Une nonagénaire de Winnipeg, dont la mort est liée à l’éclosion au Saul and Claribel Simkin Centre
  3. Un sexagénaire de Winnipeg
  4. Une septuagénaire de Winnipeg, dont la mort est liée à l’éclosion au foyer de soin de Saint-Norbert
  5. Une octogénaire de Winnipeg
  6. Un octogénaire de Santé Sud
  7. Un octogénaire de Santé Sud, dont la mort est liée à l’éclosion au Bulher Active Living Centre
  8. Une nonagénaire de Santé Sud, dont la mort est liée à l’éclosion de Rest Haven Nursing Home
  9. Une quinquagénaire de Santé Sud

Le Dr Roussin s’est aussi excusé pour une erreur des autorités de la santé survenue le 20 novembre, lorsqu'elles avaient annoncé la mort d’un homme dans la vingtaine en raison de la COVID-19.

Mercredi, le Dr Roussin a indiqué qu’il s’agissait en fait d’une erreur qui s’était glissée dans les données. L’individu en question a bien contracté la COVID-19 mais il n’a pas succombé à la maladie. Il est actuellement en isolement.

Outre les 349 nouveaux cas, Brent Roussin a aussi annoncé que le taux de positivité atteint 14 % dans l’ensemble de la province et à Winnipeg.

Nouvelles infections par région sanitaire :

  • Winnipeg : 213

  • Prairie Mountain : 11

  • Santé Sud : 73

  • Entre-les-Lacs et de l’Est : 22

  • Nord : 30

Les cas annoncés mardi portent à 14 907 le total de cas dans la province depuis le début de la pandémie.

Faits saillants :

  • 8758 cas actifs mercredi

  • 5893 personnes guéries à ce jour

  • 303 personnes à l’hôpital, dont 50 aux soins intensifs

  • Le nombre de décès attribuables à la COVID-19 est maintenant de 256.

Les cas actifs sont surévalués en raison des retards dans les vérifications nécessaires pour éliminer ces cas de la liste provinciale, parce que la santé publique s'occupe en priorité du traçage de contacts.

La province estime que les cas actifs ne le sont plus en grande majorité 10 jours après l’apparition des symptômes.

Depuis le début du mois de février, 340 151 tests de dépistage ont été effectués, dont 2614 mardi. Les enquêtes sur ces cas sont en cours et le public sera informé s’il existe un risque pour la santé publique.

Les personnes chargées du traçage des contacts harcelées

Le médecin hygiéniste en chef de la province s’est d’ailleurs adressé aux Manitobains qui reçoivent des appels de la santé publique dans le cadre du traçage des contacts.

Selon lui, plusieurs employés ont rapporté faire face à des personnes mécontentes d’apprendre qu’elles ont été en contact avec un cas.

Nous devons faire un traçage des contacts efficace. Sinon, cela va être long et difficile. Ces personnes ne font que leur travail, soyez respectueux, a-t-il demandé.

Il a aussi rappelé aux employeurs qu’il est important de privilégier le télétravail dès que cela est possible. Selon lui, certains patrons demandent à leurs employés déclarés positifs de se rendre au travail sous peine de perdre leur emploi.

Je ne comprends pas pourquoi des employeurs voudraient des personnes contagieuses dans leur entreprise, a-t-il ajouté, consterné.

Les hébergements d'isolement pour les itinérants sont presque pleins

Du côté des logements mis à disposition des personnes qui doivent s’isoler, la plupart sont pleins, notamment ceux pour les personnes sans domicile.

Lanette Siragusa a confirmé qu’un nouvel espace ouvrira ses portes à Winnipeg à la fin de la semaine. Il doit offrir 140 lits supplémentaires. Les deux autres sites, de 39 et 40 lits, sont pleins.

Sur ce point, le Dr Roussin a reconnu que la transmission reste importante parmi les itinérants.

Certaines restrictions ne peuvent pas fonctionner pour cette clientèle. La pandémie entraîne de vrai défi pour s’isoler quand ces personnes n’ont pas accès à un toit, a-t-il souligné.

Pour les espaces offerts entre ceux de la Croix-Rouge et des hôtels, Lanette Siragusa indique qu’il y a toujours de la place. Un site devrait ouvrir à Brandon dans les semaines qui viennent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !