•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé de meurtre au 1er degré 40 ans plus tard

Kurtis Fredericks debout à côté d'une image de Micheline St-Amour.

La Police provinciale de l'Ontario a arrêté le 18 novembre 2020 un homme suspecté du meurtre de Micheline St-Amour commis en 1980.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Radio-Canada

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) porte des accusations de meurtre au premier degré contre Roger Deschênes, relativement au meurtre de Micheline St-Amour, commis en 1980.

Le détachement du Nord-Est de la PPO a procédé à l’arrestation du suspect, un résident de North Bay, le mercredi 18 novembre.

Après 40 ans, c'est incroyable de pouvoir porter des accusations! [...] Ça va aider la famille de Micheline St-Amour de résoudre cet épisode cauchemardesque

Carlo Berardi, Police provinciale de l'Ontario

M. Deschênes, âgé de 62 ans, a comparu en cours le lendemain et demeure détenu en attendant la tenue d’une session pour définir des conditions de remise en liberté.

Un meurtre sordide

La PPO rappelle dans son communiqué de presse que Micheline St-Amour, à l’époque âgée de 20 ans, avait été poignardée et retrouvée dans sa chambre de sa résidence d'East Ferris. Elle est morte des suites de ses blessures.

Photographie noire et blanc de Micheline St-Amour au début des années 80.

Micheline St-Amour est morte assassinée dans la nuit du 10 juillet 1980.

Photo : Source : Police provinciale de l'Ontario

40 ans de recherches

La PPO confirme que les membres de sa branche d’enquête ont fait appel au public afin d’obtenir des informations. De plus, avec les avancées technologiques de l’analyse comparative de l’ADN ils ont pu pousser plus loin des enquêtes qui ont permis d'élucider des dossiers considérés comme clos.

Les firmes américaines Othram et Redgrave Research, qui avaient aidé à identifier Calvin Hoover comme le meurtrier de Christine Jessop, tuée en 1984, ont indiqué à CBC qu'elles n'étaient pas impliquées dans le cas de Micheline St-Amour.

Les informations recueillies par la police, incluant les preuves qui ont mené à une arrestation, n'ont pas été rendues publiques, car elles seront utilisées en cour.

L'enquête de la PPO se poursuit. La police demande à ceux qui auraient des informations de les contacter.

Une version précédente de cet article comprenait des informations citées d'une source secondaire. Des doutes quant à la véracité de ces informations nous ont mené à les retirer de ce texte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !