•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Première Nation ontarienne obtient le statut de réserve après des années de revendication

Vue d'un champ en hiver. De la neige est au sol. Un panneau qui dit "Futur Home of Caldwell First Nation" est à l'avant-plan.

Le territoire de la Première Nation Caldwell a reçu le statut de réserve.

Photo : Radio-Canada / Marine Lefèvre

Radio-Canada

La Première Nation de Caldwell, située à Leamington, dans le Sud-Ouest de l’Ontario, peut regarder vers l'avenir après avoir récupéré des terres ancestrales et obtenu le statut de réserve pour son territoire.

Ce n'est pas seulement un moment historique pour la Première Nation de Caldwell, c'est aussi une étape importante dans le processus de vérité et de réconciliation entre les Autochtones et les Canadiens, a déclaré la nation dans un communiqué de presse mardi.

Après 230 ans, la promesse de la Couronne s'est finalement concrétisée.

Première Nation de Caldwell, par voie de communiqué

La Première Nation de Caldwell a revendiqué à deux reprises des terres dans la région, précisant qu'elle était à ce jour l’une des trois seules Premières Nations du Canada qui n’avait toujours pas obtenu de réserve au pays.

L'acquisition des terres et l'obtention du statut de réserve n'ont toutefois pas été un chemin facile. Pendant une décennie, la nation a travaillé avec de nombreuses agences gouvernementales tant au niveau provincial que fédéral.

Ce fut tout un voyage, et cela témoigne vraiment de la résilience et de la force du peuple Caldwell, souligne Nikki van Oirschot, directrice des opérations pour la Première Nation de Caldwell.

Préserver la culture et favoriser l’emploi

La Première Nation de Caldwell voit grand pour l’avenir de ce territoire de 80 hectares, affirme la conseillère élue, Robyn Perkins.

Elle prévoit construire un ensemble résidentiel à consommation énergétique nulle ainsi qu'un bâtiment administratif et des installations communautaires.

Nous espérons pouvoir offrir des opportunités d'emploi aux membres afin de les inciter à retourner dans la communauté, explique Mme Perkins. Nous voulons nous concentrer sur la langue et la culture.

Cette reconnaissance s'accompagne également d'une occasion d'éduquer davantage le public sur l'histoire de la Première Nation de Caldwell. Alors que le site principal de la nation se trouvait historiquement à la Pointe-Pelée, Mme Perkins indique que des agriculteurs de la région ont trouvé des artefacts, tels que des poteries et des pointes de flèches, sur le territoire de la nouvelle réserve.

Nous avons le sentiment qu'au fil des siècles, nos histoires ont été biaisées et incomprises. Nous voulons que l'on se souvienne de la véritable histoire de la Première Nation de Caldwell, de nos guerriers, de nos ancêtres - et surtout que nous étions sur cette terre.

Robyn Perkins, conseillère élue de la Première Nation de Caldwell

Mme Perkins invite par ailleurs tous les membres intéressés de la nation à retourner sur leurs terres ancestrales. J'ai l'impression que nous pouvons enfin ne faire qu'un. Le cœur de Caldwell bat finalement au bon rythme, affirme-t-elle.

Si la Première Nation de Caldwell n'a pas pu organiser une célébration communautaire en personne en raison de la pandémie de COVID-19, elle compte bien en prévoir une l'année prochaine.

Selon Mme Perkins, on ne pourra jamais surestimer l'importance de cette nouvelle.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !