•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Présence de baleines : les Micmacs de Sipekne'katik disent réduire leurs efforts de pêche

Un homme marche vers des bateaux en traînant derrière lui un casier à homard.

Un membre de la Première Nation de Sipekne'katik transporte un casier à homard sur le quai de Saulnierville, le 17 septembre 2020, en Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

La communauté micmaque de Sipekne’katik a annoncé mercredi qu’elle n'irait pas pêcher dans le basin de Roseway en raison de la présence de baleines noires au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Le ministère des Pêches et des Océans (MPO) a annoncé mardi l'interruption temporaire des activités de pêche au large de la côte sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

La zone fermée à la pêche pour protéger les baleines noires.

La zone fermée à la pêche pour protéger les baleines noires

Photo : Pêches et Océans Canada

Ces fermetures touchent une partie de la zone 34, dans le bassin de Roseway, où la pêche au homard devait commencer lundi.

Protéger les espèces à risque

Le chef de Sipekne'katik, Mike Sack, a annoncé dans un communiqué de presse que sa communauté cesserait ses activités dans le secteur pour une période d’au moins deux semaines.

Nous avons pêché et continuerons de le faire en priorisant des principes de conservation, a déclaré Mike Sack dans une déclaration écrite.

Toutefois, dans une entrevue accordée à CBC, le chef précise que les pêcheurs continuent de pêcher dans la zone 34 pour des fins de subsistance, mais qu'ils n'iront pas dans le quadrilatère visé par les restrictions de Pêches et Océans.

Le chef demande aussi au MPO d’étendre si nécessaire la durée de ces interruptions, si les baleines sont encore observées dans le bassin de Roseway après la période de fermeture.

L'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) a signalé récemment qu'en janvier 2019, il ne restait que 366 baleines noires de l'Atlantique Nord dans l'océan, comparativement aux 412 individus recensés par l'agence en 2018.

Un contexte tendu

Les pêcheurs de la communauté micmaque de Sipekne’katik ont volontairement choisi de ne pas utiliser cette année les neuf permis de pêche commerciale qu’ils détiennent, par crainte d’hostilités de la part des pêcheurs non autochtones.

Depuis le début de la pêche autogérée de la communauté de Sipekne’katik le 17 septembre, des heurts ont eu lieu dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse entre pêcheurs autochtones et non autochtones. Des trappes, un bateau, un véhicule et une usine liés à la pêche autochtone ont notamment été détruits.

Mercredi après-midi, 500 casiers à homard ont été saisis à la baie Sainte-Marie. Certains de ces casiers appartenaient à des pêcheurs autochtones.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !