•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raptors : Chris Boucher est prêt pour sa grande audition

Chris Boucher tente de lancer un ballon malgré la couverture d'un adversaire.

Chris Boucher aura droit à sa grande audition cette saison.

Photo : Associated Press / Ashley Landis

Chris Boucher est prêt pour le défi qui l'attend.

Le Montréalais a passé ses deux premières années à Toronto dans l'ombre de Serge Ibaka, de Jonas Valančiūnas et de Marc Gasol. Gagnant de deux championnats dans la NBA comme suppléant (il a aussi gagné en 2018 avec Golden State), Boucher se dit résolu, à 27 ans, à faire sa place dans la rotation de la formation torontoise.

Sachant que Serge et Marc sont partis, je deviens automatiquement le plus (ancien) des centres de l'équipe. Je pense que ça, ça va me donner un peu plus de confiance, dit-il.

Le colosse de 2,06 m dit avoir beaucoup appris d'Ibaka et de Gasol, qui jouent à la même position, mais qui ont différents styles. Ibaka était un marqueur, estime-t-il, au style de jeu plus agressif. À l'inverse, Gasol était plus cérébral, il savait placer les joueurs dans de bonnes positions et faire des passes. Ces observations valent leur pesant d'or, selon lui.

Je vais avoir beaucoup de responsabilités et je n'ai pas peur d'avoir ces responsabilités.

Chris Boucher, des Raptors de Toronto

J'ai toujours joué pour gagner, rappelle-t-il. J'espère rentrer dans les souliers qu'on m'a confiés et essayer de gagner un championnat. On a un bon (noyau). J'ai encore les (coéquipiers) que j'avais avant, rajoute le numéro 25 des Raptors.

Le Montréalais ne s'inquiète pas trop des changements survenus cet automne, même si l'équipe a perdu deux autres éléments importants de l'édition championne des Raptors en 2019.

Toronto, c'est un système. Un bon système, une bonne équipe, une bonne organisation, note-t-il.

Il pense que les nouveaux venus s'intégreront assez facilement à l'équipe.

Il faudra faire un ajustement, mais je pense que c'est très possible de le faire.

Le gros lot qui change peu

Chris Boucher saute dans les airs pendant que certains de ses coéquipiers célèbrent en faisant des pas de danse.

Chris Boucher a beaucoup appris de l'aventure des Raptors dans la bulle de la NBA, en Floride, en juillet dernier.

Photo : Getty Images / Pool

Les Raptors n'ont pas confirmé les détails du nouveau contrat de Chris Boucher. Il s'agirait d'un pacte de 13,5 millions de dollars américains pour deux ans, selon plusieurs médias. L'équipe aurait toutefois l'option de rompre l'entente après la première saison, comme c'est le cas pour d'autres joueurs.

Quoi qu'il en soit, Boucher chérit le moment.

On savait que c'était possible (de toucher autant d'argent) dans la NBA, mais si tu m'avais demandé ça il y a huit ans, je ne pense pas qu'on aurait dit que c'était possible, admet le Montréalais qui a traversé son lot d'épreuves pour atteindre la NBA.

Boucher, qui travaillait dans un restaurant à l'âge de 16 ans, loin de se douter qu'il allait un jour jouer dans la NBA, s'est fait rappeler par un journaliste qu'il aurait désormais les moyens d'en acheter un. Le Montréalais, qui a grandi dans l'un des quartiers les plus défavorisés de la métropole, n'a pas retenu son sourire.

Mon premier plan, c'est de faire que ma mère arrête de travailler.

Chris Boucher, des Raptors de Toronto

D'autres équipes auraient montré de l'intérêt envers Boucher, mais il souhaitait ardemment revenir avec les Raptors. On a l'impression que c'est eux qui nous ont bâti, qui nous ont aidés à arriver où est-ce qu'on est, dit-il. Toronto, c'était la meilleure option pour nous.

La saison des Raptors de Toronto débutera à la fin décembre à Tampa, en Floride, où l'équipe a élu domicile en raison de la pandémie. Boucher estime qu'il sera plus en mesure de contribuer au succès de l'équipe cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !