•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Louiseville dénonce à son tour les menaces à l’endroit des élus municipaux

Yvon Deshaies dans le studio radio de Trois-Rivières

Yvon Deshaies était l'invité de l'équipe de 360 PM avec qui il a passé une heure en ondes.

Photo : Radio-Canada / Elyse Allard

Radio-Canada

Après la sortie cette semaine du maire démissionnaire de Pierreville Éric Descheneaux, le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, dénonce à son tour les menaces dont sont victimes les élus et les employés de la scène municipale.

M. Deshaies a souvent fait l'objet de propos malveillants et de menaces par rapport à ses positions sur la peine de mort et le port de la muselière pour les chiens, notamment.

Or voilà que l’été dernier, sa conjointe a été aussi la cible de menaces de mort de la part d’un citoyen mécontent, a-t-il révélé mercredi, lors d'une entrevue accordée à l'émission Toujours le matin.

Quand c’est rendu qu’on touche à ma conjointe, chez moi, là ça déborde, réagit-il, avant de préciser que cette cause se retrouvera d’ailleurs devant le tribunal à la mi-décembre.

Après 32 ans à évoluer sur la scène municipale, Yvon Deshaies a vu les comportements se transformer. Les difficultés actuelles, il les relie directement à l’avènement des médias sociaux. À ce sujet, il émet même certaines recommandations pour freiner les comportements inopportuns.

Moi je dis que sur les réseaux sociaux, pour tout ce qui est haineux, ces gens-là devraient se faire couper l’accès aux réseaux (sociaux) pendant cinq ans. Et si la personne est en moyens, une amende sévère en plus.

Yvon Deshaies, maire de Louiseville

M. Deshaies considère d’ailleurs que la pandémie a le dos large. C’est pas parce qu’on est en pandémie qu’on va manquer de respect, lance-t-il.

Au sein de sa municipalité, il a mis en place l'an dernier une politique pour le respect des employés municipaux.

Rappelons qu’au cours des derniers mois, les maires de Saint-Léonard-d'Aston et de Pierreville ont tous deux démissionné en raison d'un climat tendu ou de menaces.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !