•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le défi colossal d'organiser une campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec

Une seringue et une fiole sur laquelle on peut lire : « Vaccin, COVID-19 ».

Aucun vaccin contre la COVID-19 n'a encore été homologué par Santé Canada.

Photo : Getty Images / AFP/JOEL SAGET

Une campagne de vaccination sans précédent, à l’échelle mondiale, devrait avoir lieu dans les prochains mois afin de ralentir la progression de la COVID-19. Comme ailleurs, le Québec s’y prépare et devra s’adapter rapidement une fois qu’un vaccin sera disponible.

Selon la médecin spécialiste en santé publique, Maryse Guay, un des avantages du système québécois est la disponibilité d’équipes formées pour la vaccination dans chacune des régions.

On a déjà tout un réseau de vaccinateurs qui sont disponibles au Québec. On a déjà tout en place. On vaccine déjà de nombreux enfants tous les jours. Contre la grippe, présentement, on vaccine de nombreuses personnes au Québec, explique celle qui est aussi directrice du Centre de recherche Charles-Le Moyne.

Données inconnues

Par contre, plusieurs données demeurent inconnues et les spécialistes de la santé devront adapter leur plan de vaccination rapidement au fur et à mesure que les informations seront disponibles.

Un des premiers défis, c'est qu'il va falloir rapidement s'organiser avec beaucoup d'inconnus. On ne sait pas quand on va avoir le vaccin, on ne sait pas quel vaccin on aura. On ne sait pas les quantités qu'on aura, ni à quels endroits on pourra les distribuer. On ne sait pas non plus combien de doses il faudra administrer, illustre Maryse Guay au micro de l'émission matinale Première Heure.

Cadence de l'influenza?

Présentement, la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière permet de vacciner environ 200 000 personnes par semaine au Québec.

Certains facteurs, comme les mesures sanitaires, le nombre de doses à donner et la possibilité ou non de pouvoir mélanger des vaccins différents vont influencer la capacité d’accélérer la cadence pour ce qui est de la vaccination contre la COVID-19.

Il faudra également, selon Maryse Guay, considérer l’état des équipes de vaccination.

Ce sont des gens, des travailleurs de la santé qui sont extrêmement sollicités depuis le début du printemps, des gens qui ont mis l'épaule à la roue pour les efforts contre la COVID. On a des gens qui sont fatigués, comme dans tout le réseau, mais on peut s'adapter, affirme-t-elle.

Rapide et efficace

Quoi qu’il en soit Maryse Guay est convaincue que la vaccination contre la COVID-19 pourra se faire rapidement et efficacement.

Je pense que si on a des quantités de vaccins, on n'aura pas envie de les laisser dans le frigo parce qu'on n'a pas le personnel pour les administrer. Je ne suis pas dans le secret des dieux, c'est mon avis personnel, mais je pense que le facteur limitant, c'est la disponibilité des vaccins, prévoit-elle.

Le gouvernement fédéral prévoit que les premières doses seront livrées au Canada dans les premiers mois de 2021.

Ottawa a déjà reçu plus de 24 millions de seringues et d’autres livraisons devraient se faire toutes les semaines d’ici le début de la campagne de vaccination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !