•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau stimulateur cardiaque fait ses débuts au Canada

Le stimulateur Micra AV dans la main d'un médecin.

Le stimulateur Micra AV de l'entreprise Medtronic.

Photo : North Shore University

La Presse canadienne

Cinq patients de l'Institut de cardiologie de Montréal sont devenus au cours des derniers jours les premiers au Canada à recevoir un stimulateur cardiaque à la fine pointe de la technologie.

Le stimulateur Micra AV prend en charge aussi bien la partie haute que la partie basse du coeur, et non seulement la partie basse comme les stimulateurs sans fil précédents.

C'était un peu comme si on avait un orchestre qui n'écoutait pas le chef d'orchestre, a illustré la docteure Blandine Mondésert, qui a procédé aux cinq implantations. Ça permettait de survivre, mais ce n'était pas la meilleure musique à nos oreilles.

Le Micra AV avait été approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis en janvier 2020, mais la pandémie de COVID-19 a ensuite ralenti le processus d'approbation au Canada.

Le feu vert de Santé Canada est arrivé au cours des derniers jours. La docteure Mondésert avait quand même pu implanter le nouveau stimulateur dès le début du mois de novembre à des patients qui en avaient besoin.

Les cinq patients qui l'ont jusqu'à présent reçu vont très bien, dont une femme que la docteure Mondésert décrit comme étant ressuscitée depuis qu'elle a été libérée de la douleur que lui causait son stimulateur précédent.

Nous sommes là pour soigner les patients. Si je les soigne (...) mais que je les rends essoufflés ou incapables de faire leurs efforts dans la vie de tous les jours, ma job n'est qu'à moitié remplie. C'est vraiment satisfaisant pour nous de pouvoir les aider au maximum.

Blandine Mondésert, docteure à l'Institut de cardiologie de Montréal

Le Micra AV permet de synchroniser la partie haute et la partie basse du coeur, ce qui est important pour la majorité des patients, ajoute-t-elle.

Quand on n'a plus d'accès veineux disponible, ou quand on a déjà des complications avec un "pacemaker" transveineux, le "pacemaker" AV va nous permettre de donner un meilleur confort de stimulation au patient, a expliqué la docteure Mondésert.

En tant que pionnière canadienne de cette intervention, la spécialiste montréalaise a déjà commencé à former des collègues ailleurs au Canada et au Québec afin de partager avec eux son expérience, mes bons coups, mais aussi les mauvais coups, les complications auxquelles j'ai dû faire face.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !