•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le test de dépistage requis avant la plupart des opérations en Nouvelle-Écosse

Un chirurgien prend un instrument dans sa main.

Bien des gens devront subir un test de dépistage de la COVID-19 avant de passer sous le bistouri en Nouvelle-Écosse.

Photo : iStock

Radio-Canada

Bien des gens qui attendent une opération chirurgicale en Nouvelle-Écosse devront subir auparavant un test de dépistage de la COVID-19.

La Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse a annoncé cette mesure mardi en raison de l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 et de la transmission communautaire de cette maladie, principalement dans la région d’Halifax.

La mesure entre en vigueur immédiatement. Elle est prévue pour les patients qui ont besoin d’une anesthésie générale.

Les patients qui vivent dans la zone centrale (Halifax, Eastern Shore et West Hants) ou dans les régions d’Enfield et de Mount Uniacke devront subir le test de dépistage 72 heures avant leur opération chirurgicale.

Toute personne qui s’est rendue dans une entreprise ou une région exposée au coronavirus doit aussi subir un test de dépistage avant son opération chirurgicale.

C’est aussi le cas de tous les patients provenant des zones 1 et 2 au Nouveau-Brunswick, soit des régions de Moncton et de Saint-Jean. Les tests de dépistage seront organisés pour eux. Dans les cas urgents, l’hôpital s’en chargera.

Quelques opérations reportées

La Régie de santé estime que cinq opérations chirurgicales ont été reportées en raison de la nouvelle mesure. Elle dit espérer que ces patients pourront subir leur opération dans les prochains jours.

Les autorités médicales recommandent aux patients de réduire leurs activités pour limiter le risque d’être exposés à la COVID-19 avant leur opération.

Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Robert Strang, a expliqué mardi que les services de santé publique collaborent étroitement avec la Régie de la santé pour formuler de nouveaux protocoles de sécurité.

Il s’agit d’établir des procédures au cas où le nombre d'admissions à l’hôpital de patients atteints de la COVID-19 augmente rapidement, a-t-il précisé en ajoutant qu’il faut aussi prévoir quels services seront modifiés par conséquent.

Les visites sont déjà suspendues depuis le 20 novembre pour la plupart des patients à l’hôpital dans la zone centrale afin de réduire les risques de contagion.

Avec les renseignements de Carolyn Ray, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !