•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gros contrat de transbordement de pales d’éoliennes échappe à Fabrication Delta

Des pales d'éoliennes sur des wagons

Fabrication Delta estime que la Société du Chemin de fer de la Gaspésie s'est ingérée dans le dénouement des négociations avec son client albertain, Northern Crane Service (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans la Baie-des-Chaleurs, l'entreprise Fabrication Delta vient de perdre un lucratif contrat de transbordement de pales à New Richmond. Son client, le grutier albertain Northern Crane Service, déchargera lui-même les pales en provenance de Gaspé et les chargera sur des wagons à New Richmond.

L'entreprise de l'Ouest canadien a décidé de s'en charger elle-même pour réduire ses coûts.

Une douzaine d'emplois seront ainsi supprimés chez Fabrication Delta.

L'entreprise de la Baie-des-Chaleurs estime cependant que la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) s'est ingérée dans le dénouement des négociations en aménageant un terrain près de la voie ferrée pour entreposer les pales en provenance de l'usine LM Wind Power de Gaspé.

Cette gare de triage permettra à l'entreprise albertaine d'opérer à New Richmond.

Fabrication Delta perd ainsi un contrat de plusieurs millions de dollars. Son président, Éli Arsenault, est très remonté envers la direction de la SCFG.

D'avoir une société qui est gérée par notre maire, par les gens de la région et qui est un organisme à but non lucratif pour supporter les entreprises de la région, voir cette société investir des fonds pour compétitionner une entreprise de la région, pour moi ça fait pas de sens!, lance-t-il, outré.

Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé

Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé (archives)

Photo : Radio-Canada

La Société du chemin de fer de Gaspésie indique qu’elle n’avait pas le choix : l'entreprise albertaine menaçait d'effectuer le transbordement ailleurs, sur bateau, à partir de Gaspé ou de Matane. Son président, Éric Dubé, ne voulait pas perdre ce contrat, qui représente près de 40 % de son chiffre d'affaires sur rails.

Pour sécuriser notre contrat de transport, on a accommodé ce client-là, se défend-il.

Selon la SCFG, le contrat de transbordement prendra fin d'ici deux à trois ans, lorsque le train pourra se rendre jusqu'à Gaspé. De son côté, Fabrication Delta mise toujours sur l'usinage de composantes éoliennes, l'entretien de la cimenterie McInnis et des contrats dans le Nord-du-Québec.

D'après un reportage de Pierre Cotton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !