•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles restrictions en Alberta ne sont pas assez sévères, selon des médecins

Une infirmière porte un masque, des gants et un équipement protecteur.

Les médecins demandent un confinement complet en Alberta.

Photo : Régie de santé Vancouver Coastal

Radio-Canada

Les nouvelles mesures annoncées mardi par le gouvernement albertain, comme celle d’interdire tout rassemblement intérieur, n’arriveront pas à limiter la propagation du virus à elles seules, d'après des médecins et d’autres professionnels de la santé.

Encore une fois, Jason Kenney expose les Albertains à de graves risques à cause de son manque de leadership. Les mesures annoncées sont inadéquates, estime le président de l’Association des sciences de la Santé, Mike Parker, qui représente 27 000 travailleurs de la santé dans la province.

Dans un communiqué, l'Association rappelle que plus de 400 médecins demandaient un confinement strict et court pour aplatir la courbe de la progression de la COVID-19.

Les nouvelles mesures annoncées ne comprennent pas la fermeture des restaurants et des bars.

Un urgentologue de l’Hôpital Foothills, Joseph Vipond, critique cette décision dans des messages sur Twitter : Ces mesures vont améliorer le taux de transmission, mais probablement pas autant que nécessaire.

Cela va essentiellement causer un plus grand et long confinement à l'avenir. Selon moi, cela mérite un D+.

Joseph Vipond, urgentologue

Selon la province, 85 % des quelque 13 000 cas actifs de COVID-19 en Alberta sont de source inconnue.

Nous ne pouvons pas avoir de mesures ciblées parce que nous ne savons pas d'où viennent 80 % de nos cas, dit une pédiatre à l'Université de l'Alberta, Tehseen Ladha.

Pour leur part, les entrepreneurs sont en train d'étudier l’annonce du gouvernement et d'en comprendre l'impact sur leurs affaires.

Nous sommes en train de réfléchir à une façon de respecter les règles et d'assurer la sécurité de nos employés et de nos clients, explique le cofondateur de la microbrasserie Dandy, à Calgary, Ben Leon.

Il doit notamment trouver une façon de s’assurer que tous les clients assis à la même table vivent dans la même maison.

M. Leon aurait espéré un confinement plus tôt afin d’éviter la fermeture des restaurants durant les Fêtes, si les mesures devenaient plus strictes d'ici là. Toutefois, il est sûr que ses employés et lui s’adapteront aux nouvelles restrictions.

Toutes les formes de restrictions pendant les Fêtes sont pires que d’arrêter et de tout recommencer, estime-t-il.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (CFIB) est satisfaite de voir que le gouvernement albertain n’a pas opté pour un confinement complet comme en Ontario et au Manitoba et que les restrictions permettent toujours aux commerces de rester ouverts, mais à volume réduit.

Un confinement général aurait poussé de petites entreprises en Alberta à mettre la clé sous la porte. Les nouvelles limites sur la capacité laisseront une chance aux petites entreprises de survivre pendant les fêtes, dit la directrice des affaires de la CFIB en Alberta, Annie Dormuth.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Que pensent les villes?

Calgary et Edmonton évaluent l’impact des restrictions sur les programmes et les services municipaux.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, tentera d’encourager les employés à travailler de la maison si possible.

Le gouvernement municipal va appuyer la province dans son travail et fera son possible, notamment en faisant appliquer les règles, pour garantir la sécurité de tous, soutient M. Nenshi.

Le maire d'Edmonton, Don Iveson, a déclaré qu'il sympathisait avec ceux qui devront faire des ajustements en raison des restrictions à un moment où la vie de chacun a déjà été considérablement perturbée.

Avec les informations de Sarah Rieger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !