•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Respectez les consignes », dit la mairesse de Maniwaki, qui a contracté la COVID-19

Une affiche sur laquelle on peut lire « À Maniwaki, la famille c'est dans ma nature » accueille les visiteurs à l'entrée de la municipalité.

La ville de Maniwaki est située à une centaine de kilomètres à vol d'oiseau au nord de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Plusieurs régions rurales, comme La Vallée-de-la-Gatineau, ont été relativement épargnées par la COVID-19 depuis le début de la pandémie. La région demeure en « zone orange ».

Après la Ville de Gatineau et la MRC des Collines-de-l’Outaouais, La Vallée-de-la-Gatineau pourrait cependant aussi passer au niveau d’alerte maximale si le nombre de nouvelles infections ne cesse d’augmenter.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a indiqué le 12 novembre observer une tendance à la hausse du nombre de cas de COVID-19 dans cette région.

Parmi les gens qui ont contracté le virus, il y a une personnalité publique. La mairesse de Maniwaki, Francine Fortin, a passé les dernières semaines à la maison, en isolement, après avoir reçu des résultats positifs de dépistage de la COVID-19 le 27 octobre.

La femme regarde droit dans la caméra lors d'une entrevue par Zoom.

La mairesse de Maniwaki, Francine Fortin

Photo : Radio-Canada

Ça a commencé avec de gros gros maux de tête. Moi, je n’ai jamais de maux de tête et ça ne passait pas du tout, même si je prenais des médicaments pour les maux de tête, explique Mme Fortin en entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau. Mais j’ai été chanceuse malgré tout parce que je n’ai pas dû être hospitalisée [...] et je n’ai pas eu vraiment de séquelles.

La mairesse ne sait toujours pas comment elle a pu entrer en contact avec le virus puisque personne dans son entourage, ni à la Municipalité, n’a contracté la COVID-19.

Je ne me ferai pas l’avocate du diable pour savoir où je peux l’avoir attrapé. Je n’ai fait aucun déplacement interrégional, aucune représentation publique sans masque. [...] Selon les statistiques, il y a beaucoup de gens qui ne respectent pas le confinement et ça, ça pourrait être comment je l’ai attrapé.

Francine Fortin, mairesse de Maniwaki

La mairesse craint que sa région bascule en zone rouge. C’est sûr que ça ne me ferait pas plaisir, parce qu’on a travaillé fort , dit-elle. Je le souhaite de tout mon cœur, de ne pas devenir une zone rouge, parce que ça serait très difficile pour l'économie de la ville de Maniwaki.

J’ai toujours dit, depuis le début de la COVID, c’est une guerre invisible, mais ce n’est pas parce que c’est une guerre invisible qu’il ne faut pas prendre les mesures nécessaires, ajoute Mme Fortin. Le gouvernement a mis des mesures en place pour pouvoir se protéger. Ce n’est pas compliqué : respecter la distanciation physique, porter le masque, se laver les mains en tout temps.

Mme Fortin croit qu’encore beaucoup trop de gens ne prennent pas le virus au sérieux.

Mon message est le même, le vaccin n'est pas arrivé et tant qu’il ne sera pas arrivé, il faut respecter les mesures [sanitaires].

Francine Fortin, mairesse de Maniwaki

Il faut que la population comprenne que quand ils ne respectent pas les règles, ce n'est pas juste eux qu’ils mettent en danger, c’est la population en général qu’ils mettent en danger. Si la population devient trop contaminée, il y a des services qu'on ne pourra plus offrir à la population.

Oui, le vaccin s’en vient, mais quand on regarde les chiffres, les données augmentent. Et en plus, on est en saison hivernale. Ce n'est pas une des meilleures saisons pour ne pas faire la propagation du virus, conclut la mairesse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !