•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump est-il en train de leurrer ses partisans?

Aucune règle ne garantit que l’argent récolté par le président servira à financer sa bataille juridique.

Le président américain Donald Trump.

Le président américain Donald Trump.

Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

Les sympathisants de Donald Trump ont reçu des centaines de courriels et de textos de sollicitation depuis l’élection. En principe, la campagne de financement doit servir à payer sa bataille juridique pour contester les résultats. Mais où finira vraiment l’argent?

Le président Trump a besoin de vous afin d’avoir les ressources pour protéger l’intégrité de l’élection, peut-on lire sur le site web de l’actuel locataire de la Maison-Blanche.

Les petits caractères sont importants. Il est écrit que 75 % des dons recueillis (jusqu’à 5000 $) iront au comité d’action politique Sauvons l’Amérique (Save America), une entité formée par le camp Trump dans les jours qui ont suivi l’élection.

Or, aucune règle ne garantit que l’argent versé à Save America servira à financer la bataille juridique du président. Le groupe de surveillance Common Cause basé à Washington s’inquiète que les donateurs soient en train de se faire rouler.

Trump semble être engagé dans une bonne vieille tactique de leurre.

Paul S. Ryan, spécialiste du financement politique, Common Cause.

M. Ryan craint que Donald Trump ne soit en train de mentir à ses partisans sur l’utilisation réelle de leur argent. Il rappelle que les tribunaux ont rapidement rejeté les multiples actions en justice du président et qu’elles n’ont rien donné jusqu’ici.

Ce type de litige ne coûte pas beaucoup d’argent. Ce qui coûte cher, ce sont les poursuites où il faut payer des avocats pendant des mois pour mener des causes complexes. Ce n’est pas le cas ici, expose-t-il.

La création de ce genre de comité n'est pas inhabituelle, mais c'est la manière dont la sollicitation est faite qui pose problème à ses yeux.

Il y a plusieurs moyens par lesquels cet argent pourrait se retrouver dans les poches de Donald Trump au cours des prochains mois et des prochaines années, selon Paul S. Ryan.

Image tirée du site web du président Donald Trump.

Image tirée du site web du président Donald Trump.

Photo : Radio-Canada

Des règles flexibles

Save America, le comité d’action politique (Leadership PAC) fondé par le camp Trump, lui donne beaucoup de marge de manœuvre et lui permet de recevoir des dons plus généreux.

Cette entité, tout à fait légale, impose moins de restrictions que celles auxquelles serait soumis un candidat qui tente de se faire élire, explique Robert Speel, professeur en sciences politiques à l’Université Penn State.

Un donateur peut payer jusqu’à 5000 $ par année et un maximum de 20 000 $ sur 4 ans à Save America, bien plus que la contribution maximale de 2800 $ pour un candidat par élection.

En attendant de décider s’il se présentera en 2024, Donald Trump peut ainsi se servir de son comité d’action politique pour continuer à exercer son influence dans les sphères républicaines après son départ de la Maison-Blanche. 

Il pourrait utiliser l’argent pour financer des candidats, gagner la faveur de républicains qu’il aime et tenter de s’attirer leur appui, explique Robert Speel.

Donald Trump, sur une scène érigée au milieu de partisans. Il porte une casquette « Make America Great Again ».

Donald Trump, lors d'un rassemblement de campagne.

Photo : La Presse canadienne / AP/Evan Vucci

Les dons pourraient être utilisés pour financer des activités partisanes et des rassemblements, ou rembourser des dépenses de voyages. Donald Trump pourrait se verser à lui-même un salaire, à des membres de sa famille ou des amis, selon le groupe Common Cause. 

La souplesse des règles, telles qu'écrites, permet de couvrir toutes sortes de dépenses. Il n’y a presque aucune limite à la manière dont l’argent peut être utilisé, selon Paul S. Ryan.

L’argent des partisans de Donald Trump se retrouve ainsi dans une sorte de caisse noire politique, explique-t-il. 

Les sommes récoltées pourraient même servir à appuyer une éventuelle campagne de Donald Trump Jr ou Ivanka Trump, explique M. Ryan, pour autant qu’elles ne soient pas utilisées pour la réélection de Donald Trump lui-même.

Si le président décidait un jour de se lancer dans la présidentielle de 2024, il devrait alors s’en remettre à un comité de financement régulier, aux règles plus strictes.

Impossible de savoir pour l’instant combien ses efforts juridiques lui ont coûté et quelle somme il a réussi à amasser par l’entremise de sa campagne de financement.

Chose certaine, en multipliant les allégations infondées de fraude électorale, le président sortant ne semble pas seulement intéressé à obtenir un appui moral de sa base, mais aussi un appui financier.

En 2019, Donald Trump a été forcé par un juge de verser 2 millions de dollars américains à des organismes caritatifs parce qu’il avait utilisé de manière inappropriée des fonds de sa propre fondation pour financer sa campagne et payer des dettes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !